Une manif anti-islam n'attire que 250 personnes à Vienne

Environ 1200 policiers, plusieurs en tenue anti-émeute, étaient... (Photo: AP)

Agrandir

Environ 1200 policiers, plusieurs en tenue anti-émeute, étaient en service.

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Associated Press
Vienne

Un peu plus de 200 personnes, incluant quelques extrémistes faisant le salut nazi, ont manifesté lundi contre ce qu'ils perçoivent comme étant une «islamisation» de l'Occident dans le premier rassemblement du genre en Autriche.

Mais la manifestation n'a réuni que 250 personnes, bien moins que les dizaines de milliers de citoyens qui se sont rassemblés en Allemagne.

Originaire de Dresde, le mouvement PEGIDA (Les Européens Patriotes contre l'Islamisation de l'Ouest») a attiré jusqu'à 25 000 personnes dans cette ville de l'est de l'Allemagne, et de plus petites foules ailleurs au pays.

Les organisateurs à Vienne appellent aussi leur protestation PEGIDA. Ils ont tenté de réduire les attentes d'une foule gigantesque avant le rassemblement, disant qu'ils s'attendaient seulement à voir quelques centaines de participants.

En Allemagne comme en Autriche, les organisateurs ont insisté que leurs marches n'étaient pas contre les musulmans.

Mais alors qu'aucun symbole ni salutation nazi n'a été rapporté aux protestations PEGIDA en Allemagne, au moins deux manifestants ont été vus à Vienne soulever le bras pour faire le salut hitlérien.

Les manifestants ont été dépassés en nombre par leurs opposants. Environ 5000 d'entre eux, portant des affiches anti-PEGIDA, ont marché dans les rues de Vienne, pendant que plusieurs centaines d'activistes ont bloqué des manifestants de PEGIDA, arrêtant leur progression.

Environ 1200 policiers, plusieurs en tenue anti-émeute, étaient en service.

Ils ont détenu plusieurs manifestants PEGIDA masqués ou en état d'ébriété, mais n'ont pas fait état de violence.

Le Parti vert a critiqué les manifestants de PEGIDA, mais Heinz-Christian Strache, le chef de l'extrême-droite autrichienne, le Parti de la liberté, a averti qu'il ne fallait pas diffamer ce qu'il a appelé un mouvement sérieux de droits civils.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer