Une vingtaine de mosquées ouvrent leurs portes pour rassurer

Une vingtaine de mosquées sur environ 1700 vont ouvrir leurs portes ce dimanche... (PHOTO REMY GABALDA, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

PHOTO REMY GABALDA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Une vingtaine de mosquées sur environ 1700 vont ouvrir leurs portes ce dimanche au Royaume-Uni, dans un geste inédit des musulmans britanniques envers leurs concitoyens après les tensions qui ont suivi les attaques de Paris.

Les visiteurs seront accueillis par des membres de la communauté, avec qui ils partageront du thé et des gâteaux et qui leur donneront un aperçu du quotidien d'un centre de culte musulman et répondront à leurs questions sur l'islam, a expliqué le Conseil des musulmans du Royaume-Uni (MCB) qui est à l'origine de l'initiative.

Parmi les mosquées qui ont répondu à l'appel du MCB, principale organisation musulmane du pays, figure celle de Finsbury Park, connue pour avoir été autrefois l'un des centres du «Londonistan» -- surnom donné à la mouvance radicale islamiste installée dans la capitale britannique au début des années 2000.

Cette mosquée avait notamment été dirigée jusqu'en 2003 par le prêcheur radical britannique Abou Hamza, qui a été extradé aux États-Unis en 2012 et condamné début 2015 à la prison à perpétuité à New York.

Dans la foulée des attentats à Paris, qui ont fait 17 morts et dont les auteurs se sont revendiqués de l'islam radical, la mosquée de Finsbury Park a reçu plusieurs lettres et courriels de menaces, a récemment confié son secrétaire général, Mohammed Kozbar, à la chaîne de chaîne de télévision Sky News.

«Les gens doivent se rendre compte que des changements ont eu lieu entre 2005 et maintenant et la communauté estime qu'il n'est pas juste toujours lier la mosquée d'une manière négative à qui se passe ailleurs», a-t-il souligné.

À la suite des attentats à Paris, le gouvernement britannique avait envoyé une lettre à quelque 1000 mosquées, invitant les imams à «expliquer et prouver comment la foi en l'islam peut faire partie de l'identité britannique».

Ce courrier avait été mal reçu par le MCB qui s'est demandé s'il signifiait que les musulmans étaient intrinsèquement exclus de la société britannique, et jugeant en outre qu'il insinuait que les «musulmans n'ont pas fait assez pour lutter contre l'extrémisme».

Selon des chiffres du dernier recensement de 2011 concernant l'Angleterre et le Pays de Galles, les musulmans représentent près de 5% de la population, loin derrière les chrétiens (59%) et ceux qui se déclarent «sans religion» (25%).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer