L'indépendantiste écossais Alex Salmond tentera de devenir député britannique

L'ancien premier ministre de l'Écosse, Alex Salmond.... (PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

L'ancien premier ministre de l'Écosse, Alex Salmond.

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jill Lawless
Associated Press
LONDRES

Quelques semaines après la défaite de son parti au référendum sur l'indépendance de l'Écosse, l'ancien chef du Parti national écossais Alex Salmond tentera de se faire élire au Parlement britannique.

M. Salmond se présentera vraisemblablement pour le Parti national écossais dans une circonscription du nord de la province aux prochaines élections générales, qui se tiendront en mai prochain.

L'indépendantiste a déclaré devant des militants, dimanche, à Ellon, que l'Écosse ne devait pas être exclue des délibérations alors que beaucoup de ses intérêts sont en jeu.

Alex Salmond, qui a quitté la direction de son parti il y a un mois, avait réussi à raviver l'espoir des nationalistes écossais qui rêvent d'un pays depuis longtemps. Le 18 septembre dernier, 45 pour cent des Écossais ont appuyé le projet d'indépendance, mais 55 pour cent d'entre eux ont préféré rester au sein du Royaume-Uni.

Les députés du Parlement britannique de Londres sont désignés par les électeurs de l'Angleterre, de l'Écosse, du Pays de Galles et de l'Irlande du Nord. Les sondages prédisent des résultats serrés, ce qui pourrait donner la balance du pouvoir à des petits partis, dont le Parti national écossais et le Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni, reconnu pour son opposition à l'immigration.

M. Salmond estime qu'un nombre significatif de députés de son parti à Londres pourrait «brasser la cage» de la politique britannique et donner des pouvoirs plus étendus à sa région.

«Ces difficultés à Westminster offrent de nouvelles possibilités à l'Écosse», a souligné M. Salmond.

Le Parlement de Londres a déjà délégué de nouveaux pouvoirs à l'Écosse en matière de fiscalité, mais les dirigeants indépendantistes comme M. Salmond martèlent que le gouvernement central ne va pas assez loin. Les partisans du Non avaient promis pendant la campagne référendaire de donner plus d'autonomie au Parlement écossais.

Alex Salmond, âgé de 59 ans, avait été député à Londres entre 1987 et 2000, avant de siéger à Édimbourg, où il représente toujours sa circonscription de Banff and Buchan. Il s'est engagé à verser un de ses salaires à des organismes de bienfaisance s'il était élu aux deux Chambres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer