L'Estonie ouvre l'union civile aux homosexuels

L'Estonie est devenue jeudi la première république ex-soviétique... (PHOTO FILIPPO MONTEFORTE, ARCHIVES AFP)

Agrandir

L'Estonie est devenue jeudi la première république ex-soviétique à offrir l'union civile aux couples gais.

PHOTO FILIPPO MONTEFORTE, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TALLINN

L'Estonie est devenue jeudi la première république ex-soviétique à offrir l'union civile aux couples homosexuels, avec une loi qui ouvre la porte aussi à l'adoption d'enfants par ces derniers.

Baptisé «Acte de cohabitation», le texte a recueilli 40 voix pour et 38 contre, dans une chambre qui compte 101 sièges. Plusieurs autres lois devront être modifiées pour qu'il entre en vigueur.

Le régime d'union civile - pour les couples tant homosexuels qu'hétérosexuels - qu'il instaure est similaire à la législation existante dans 14 autres pays européens.

Le projet de loi, introduit par 41 députés, a suscité une importante controverse dans le petit pays balte, membre de l'UE et de l'OTAN, qui compte 1,3 million d'habitants en grande majorité athées. Un sondage de l'institut EMOR a révélé récemment que deux Estoniens sur trois y étaient opposés.

Quant à l'adoption par les couples homosexuels, la nouvelle loi l'autorise lorsqu'il s'agit d'un enfant biologique du ou de la partenaire légalement enregistré du demandeur. Elle en ouvre aussi la possibilité aux couples dont les deux membres sont stériles.

Ces dispositions sont à l'opposé de la législation et du discours politique dans plusieurs autres pays de l'ex-URSS, et notamment en Russie.

«Dans la société soviétique, celui qui était différent était un ennemi. Y compris pour cause d'orientation sexuelle différente, elle-même punissable», a dit à l'AFP le président social-démocrate du parlement Eiki Nestor. «Le seul fait que cette loi soit passée rendra notre société plus tolérante».

Un militant des droits des homosexuels Rain Uusen s'est félicité du texte qui accorde aussi aux membres des couples homosexuels les mêmes droits qu'aux hétérosexuels en matière de droit et de santé.

Les adversaires de la loi, dont notamment la Fondation pour la protection de la famille et de la tradition, appuyée par des organisations américaines similaires et par les milieux catholiques, avaient mené une campagne vigoureuse, dénonçant une tentative de «saper les bases morales de la société».

Les partisans du texte, dont des personnalités locales du spectacle, avaient réuni 17 000 signatures «j'aime» sur Facebook et remis des centaines de fleurs aux députés en leur demander de voter pour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer