Géorgie: le premier ministre remanie le gouvernement

«Nous devons redoubler d'énergie, de motivation et d'efficacité... (PHOTO GEORGES GOBET, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

«Nous devons redoubler d'énergie, de motivation et d'efficacité pour mener à bien toutes les promesses annoncées par (la coalition au pouvoir du) Rêve géorgien», a lancé le premier ministre géorgien Irakli Garibachvili.

PHOTO GEORGES GOBET, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TBILISSI

Le premier ministre de la Géorgie Irakli Garibachvili a annoncé lundi un remaniement ministériel en renvoyant sept membres du gouvernement, avec pour objectif de voir son équipe «redoubler d'énergie» huit mois après sa nomination.

«J'ai décidé d'apporter des modifications à la composition du gouvernement», a déclaré M. Garibachvili lors d'une conférence de presse, ajoutant que sept ministres seront remplacés, sans que se trouve parmi eux de ministère clef.

«Nous devons redoubler d'énergie, de motivation et d'efficacité pour mener à bien toutes les promesses annoncées par (la coalition au pouvoir du) Rêve géorgien», a-t-il lancé sans donner les raisons de sa décision.

Le premier ministre a indiqué que les candidats aux ministères remplacés, dont celui de l'Agriculture, des Infrastructures, de la Culture et de l'Environnement, seraient annoncés mardi ou mercredi.

Selon la Constitution géorgienne, pour que ce remaniement soit effectif, il faut que l'ensemble du gouvernement démissionne. Le président Guiorgui Margvelachvili, un allié de M. Garibachvili, a alors sept jours pour soumettre au Parlement un nouveau gouvernement.

Le vote de confiance au Parlement ne devrait être qu'une formalité puisque celui-ci est dominé par la coalition Rêve géorgien de M. Garibachvili.

Le Rêve géorgien, une coalition de partis rassemblés par l'ancien premier ministre et milliardaire Bidzina Ivanichvili, est arrivée au pouvoir après les élections législatives d'octobre 2012, mettant fin au règne du parti du président pro-occidental de l'époque Mikheïl Saakachvili, le Mouvement national uni.

Depuis, une partie des principaux alliés de M. Saakachvili ont été mis en accusation et certains emprisonnés sur des accusations, entre autres, de détournement de fonds.

Mikheïl Saakachvili, qui a quitté ses fonctions en novembre 2013 à la fin de son second mandat, est actuellement exilé aux États-Unis et a refusé de retourner en Géorgie pour répondre des accusations qui pèsent sur lui devant la justice.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer