Manifestation à Édimbourg en faveur de l'indépendance

Certains manifestants avaient revêtu le traditionnel kilt et... (PHOTO ANDY BUCHANAN, AGENCE FRANCE PRESSE)

Agrandir

Certains manifestants avaient revêtu le traditionnel kilt et marchaient au son des cornemuses.

PHOTO ANDY BUCHANAN, AGENCE FRANCE PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
ÉDIMBOURG

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Édimbourg en faveur de l'indépendance de la région, à un an du référendum qui permettra aux 5,3 millions d'Écossais de se prononcer sur une éventuelle séparation du Royaume-Uni.

«Yes Scotland», un groupe qui fait campagne pour l'indépendance de l'Écosse, a évalué à 20 000 le nombre de manifestants qui ont transformé le centre-ville en une marée bleue et blanche faite des milliers de drapeaux écossais qu'ils brandissaient.

La police les a évalués à 8300.

Certains avaient revêtu le traditionnel kilt et marchaient au son des cornemuses.

Alex Salmond, chef du gouvernement écossais et dirigeant du parti national écossais (SNP), favorable à l'indépendance, a déclaré à la foule que le vote du 18 septembre 2014 représentait «l'opportunité d'une vie».

«Nous sommes une génération chanceuse», a-t-il dit. «Pour changer notre communauté pour le meilleur, nous n'avons qu'un mot à dire: «oui», a-t-il ajouté.

Les sondages d'opinion indiquent que pour l'heure, seulement un tiers des 5,3 millions d'Écossais ont actuellement l'intention de voter en faveur de l'indépendance.

Néanmoins, Alex Salmond s'est dit confiant en sa capacité de convaincre une majorité sur le fait que la séparation du Royaume-Uni apportera des avantages économiques et politiques.

Calum Martin, un étudiant qui vit à proximité de Glasgow (est de l'Écosse), a déclaré qu'il voterait en faveur de l'indépendance parce qu'il considère que les Écossais devraient avoir davantage leur mot à dire sur la façon dont leur argent est dépensé.

«L'Écosse est un pays incroyablement riche. C'est une opportunité pour faire un bien meilleur usage de cette richesse», a estimé ce jeune homme de 20 ans.

L'Écosse a son propre parlement et un gouvernement décentralisé qui gère plusieurs secteurs, notamment la santé et l'éducation, mais d'autres domaines, comme la défense et les affaires étrangères, sont contrôlés par Londres.

Les partisans du «non» soutenus par le premier ministre britannique David Cameron, affirment que l'Écosse est plus forte en demeurant au sein du Royaume-Uni qui lie l'Angleterre, le Pays de Galles, l'Irlande du Nord et l'Écosse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer