Campagne de Sarkozy financée par Kadhafi: d'autres accusations

Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi, photographiés en décembre... (Photo Francois Mori, AP)

Agrandir

Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi, photographiés en décembre 2007.

Photo Francois Mori, AP

Partager

Agence France-Presse
Paris

Le sulfureux homme d'affaires Ziad Takieddine a assuré devant un magistrat détenir des preuves du financement par la Libye de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy, écrit le quotidien Le Parisien mercredi.

L'intermédiaire franco-libanais, dont le nom apparaît dans plusieurs affaires de corruption en France, a déclaré le 19 décembre au juge d'instruction Renaud Van Ruymbeke qu'il détenait les preuves d'un financement par la Libye de la campagne de 2007 de l'ancien président de droite.

Ces déclarations ont été qualifiées de «pures affabulations» par l'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant, directement mis en cause par l'intermédiaire franco-libanais.

Selon le quotidien, M. Takieddine a déclaré au juge qu'il pouvait lui «fournir les éléments existants sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy», assurant que «le montant de cette aide dépasserait les 50 millions d'euros, somme un temps évoquée par l'un des fils du dictateur libyen» Mouammar Kadhafi.

Il a affirmé que plusieurs rencontres avaient eu lieu avant l'élection entre Béchir Saleh, alors secrétaire particulier de Mouammar Kadhafi, et Claude Guéant, directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy lorsque celui-ci était ministre de l'Intérieur avant son élection à la présidence française.

«Tout ça est pure affabulation, pure affabulation», a martelé Claude Guéant à la chaîne de télévision i>TELE. «Jamais quelque Libyen que ce soit, quelque autorité libyenne que ce soit, n'est passé par mon intermédiaire pour alimenter des enrichissements personnels ou bien la campagne de 2007».

«S'il a des preuves, qu'il les apporte», a-t-il lancé, «de toute façon, je suis parfaitement tranquille puisqu'elles ne peuvent en aucune façon toucher Nicolas Sarkozy ou votre serviteur», a-t-il ajouté.

M. Takieddine avait déjà évoqué le 9 mai la thèse d'un financement libyen de la campagne de 2007 de M. Sarkozy, la jugeant «tout à fait crédible».

L'accusation avait été lancée en mars 2011 par le fils du colonel Kadhafi, Saïf Al-Islam alors que la France s'apprêtait à intervenir en Libye.

Le journal en ligne Mediapart avait ensuite publié le 28 avril un document attribué à un ancien dignitaire libyen affirmant que Tripoli avait accepté de financer pour «50 millions d'euros» la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

M. Sarkozy avait qualifié d'«infamies» ces accusations publiées à une semaine du second tour de la présidentielle de 2012 - remportée par le socialiste François Hollande - et avait porté plainte contre Mediapart.

La justice française a ouvert une enquête judiciaire pour blanchiment et corruption visant Ziad Takieddine après la saisie de 1,5 million d'euros en liquide que transportait l'homme d'affaires de retour de Libye le 5 mars 2011.

Cette enquête a été confiée aux juges qui enquêtent par ailleurs sur un éventuel financement illicite de la campagne présidentielle française de 1995, instruction dans laquelle M. Takieddine est aussi inculpé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer