Le stratège de Trump prend du galon

Steve Bannon, le stratège principal de Donald Trump,... (Archives AFP, SAUL LOEB)

Agrandir

Steve Bannon, le stratège principal de Donald Trump, occupe désormais un poste qui lui permet de mettre à exécution ses idées les plus controversées.

Archives AFP, SAUL LOEB

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Washington) « Je suis un léniniste. Lénine voulait détruire l'État, et c'est également mon objectif. Je veux tout foutre en l'air, et détruire tout l'establishment actuel. »

À l'époque où il prononçait cet énoncé de mission, Steve Bannon était à la tête de Breitbart News, le site d'information préféré de nombre de nationalistes blancs et amateurs de théorie de complot. Depuis, il a nié avoir tenu de tels propos à un journaliste du Daily Beast. Mais le stratège principal de Donald Trump occupe désormais un poste qui lui permet de mettre à exécution ses idées les plus controversées.

Et le président a accru ses pouvoirs au cours du dernier week-end, semant l'inquiétude chez plusieurs experts de la sécurité nationale.

Durant les premiers jours chaotiques de l'administration Trump, Steve Bannon a fait sentir son influence de plusieurs façons.

Il a participé à la rédaction du sombre discours d'investiture du 45e président. Il a amplifié les critiques de son patron à l'égard des médias, les priant de « la fermer ». Et il a contribué à l'élaboration du décret anti-immigration qui a provoqué colère et chaos dans les aéroports des grandes villes américaines.

Mais la controverse autour de ce décret a relégué dans l'ombre la signature d'une note présidentielle conférant à Bannon un statut aussi important que celui du chef du Pentagone ou du secrétaire d'État.

UN PRÉCÉDENT

La note crée un précédent en faisant une place permanente à Bannon au sein du Conseil de sécurité nationale (CSN), qui débat des questions les plus sensibles auxquelles font face les États-Unis. En font notamment partie le secrétaire d'État, le secrétaire à la Défense, le secrétaire au Trésor, le secrétaire à la Sécurité intérieure, le conseiller à la sécurité nationale et le secrétaire général de la Maison-Blanche.

Tout en annonçant la promotion de Bannon, la note présidentielle précise que deux des membres permanents du CSN ne participeront plus qu'occasionnellement à ses réunions. Il s'agit du directeur du renseignement national et du chef d'état-major des armées. Ceux-ci ne seront plus conviés aux réunions du Conseil que si les sujets abordés les concernent directement.

Robert Gates, secrétaire à la Défense sous George W. Bush et Barack Obama, a dénoncé ces rétrogradations, dimanche.

« Je pense que les évincer des réunions du Conseil de sécurité nationale, sauf quand des questions spécifiques sont abordées, est une grosse erreur », a-t-il dit à ABC. « Je pense que chacun d'eux apporte une perspective, un jugement et une expérience que tous les présidents, qu'ils le veuillent ou non, trouvent utile. »

Susan Rice, conseillère pour la sécurité nationale sous Obama, s'est montrée plus cinglante sur Twitter.

« C'est complètement dingue », a-t-elle gazouillé. Et d'ajouter, sur un ton sarcastique : « Qui a besoin de conseils militaires ou de renseignement quand on décide de la stratégie à adopter envers l'EI, la Syrie, l'Afghanistan ou la Corée du Nord ? »

Par le passé, les administrations américaines ont toujours vu d'un mauvais oeil la présence permanente d'un conseiller politique lors des réunions du CSN. Le secrétaire général de la Maison-Blanche sous George W. Bush avait notamment interdit au stratège Karl Rove d'assister aux réunions. Sous Obama, le stratège David Axelrod avait assisté à certaines réunions, mais Bannon sera le premier à avoir un siège permanent au sein du CSN.

UN ANCIEN DE GOLDMAN SACHS

Un précédent qu'a défendu dimanche le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer, qui a vanté le parcours de Bannon, un ancien de Goldman Sachs aujourd'hui âgé de 62 ans.

« Il était officier de marine et il a une compréhension fantastique du monde et du paysage géopolitique dans lequel nous nous trouvons », a-t-il dit.

Avant de prendre la tête de Breitbart News, Bannon a produit des documentaires célébrant certaines personnalités conservatrices, dont Sarah Palin. Il a cependant dû attendre Donald Trump pour trouver le candidat qui le mènerait au faîte du pouvoir. Qu'il soit ou non un léniniste, il peut aujourd'hui aider le président à relancer les États-Unis ou à tout foutre en l'air.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer