Coussins de siège et vitres d'avion découverts à La Réunion

Le premier ministre malaisien, Najib Razak, a déclaré... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Le premier ministre malaisien, Najib Razak, a déclaré plus tôt jeudi que le fragment d'avion - un flaperon - retrouvé la semaine dernière à La Réunion provenait bien du Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu il y a 17 mois.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vol MH370

International

Vol MH370

Disparu des radars en mars 2014 avec 239 personnes à bord, le vol MH370 de Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin ne s'est jamais rendu dans la capitale chinoise. Ayant changé son plan de vol et mis le cap vers l'ouest, le Boeing 777, dont on n'a toujours aucune trace, se serait abîmé dans l'océan Indien, selon les autorités malaisiennes. »

Agence France-Presse
KUALA LUMPUR

Des coussins de siège et des vitres d'avion ont été découverts sur l'île française de La Réunion au large de l'océan Indien, où un débris du Boeing 777 de Malaysia Airlines (vol MH370) avait été retrouvé la semaine dernière, a indiqué jeudi le ministre malaisien des Transports.

«Nous avons aussi trouvé des débris tels des vitres, des feuilles d'aluminium et des coussins de sièges», a déclaré a l'AFP le ministre, Liow Tiong Lai.

Il a précisé par la suite qu'il faisait référence à des sièges et des hublots d'avion retrouvés par l'équipe d'experts malaisiens dépêchés à La Réunion après la découverte il y a une semaine d'un fragment d'aile du Boeing 777.

Mais le ministre a observé qu'il ne leur était pas possible de vérifier si ces nouveaux débris provenant de ce Boeing: «cela doit être vérifié par les autorités françaises», a-t-il dit.

Le premier ministre malaisien, Najib Razak, a déclaré plus tôt jeudi que le fragment d'avion - un flaperon - retrouvé la semaine dernière à La Réunion provenait bien du Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu il y a 17 mois peu après son décollage de Kuala Lumpur pour Pékin, première preuve que l'appareil s'est abîmé dans l'océan Indien.

Le parquet de Paris, qui enquête aussi sur cette disparition, car quatre victimes sont françaises, s'est montré plus prudent, évoquant de «très fortes présomptions» que le débris provienne du Boeing 777 de Malaysia Airlines.

Après avoir démontré ce lien quasi certain avec le Boeing assurant le vol MH370, l'expertise entamée mercredi après-midi dans un laboratoire militaire du sud-ouest de la France, à laquelle participent des experts français du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) et leurs homologues malaisiens, doit se poursuivre.

Pas de nouveau débris d'avion en possession des enquêteurs français

Aucun nouveau débris d'avion, découvert sur l'île de La Réunion, n'est en possession des enquêteurs français, alors que les autorités malaisiennes assurent avoir retrouvé des coussins de siège et des hublots, a indiqué jeudi à l'AFP une source judiciaire.

Les autorités judiciaires françaises «n'ont pas reçu à ce jour (jeudi mi-journée) de nouveau débris d'avion», a assuré cette source.

Le ministre malaisien des Transports, Liow Tiong Lai, a affirmé plus tôt jeudi que des nouveaux éléments provenant d'un avion avaient été découverts la semaine dernière par une équipe malaisienne, précisant qu'il s'agissait notamment de coussins de sièges et de hublots.

Le ministre a ajouté que les autorités françaises devaient vérifier si ces pièces provenaient d'un Boeing 777, le type d'appareil qui reliait Kuala Lumpur à Pékin le 8 mars 2014.

De son côté, ne cachant pas sa surprise face à la déclaration de Liow Tiong Lai, une source française proche de l'enquête a affirmé ne pas être au courant que les experts malaisiens, présents sur l'île après la découverte du flaperon et repartis «depuis quelques jours», aient pu quitter la Réunion en emportant des objets susceptibles d'intéresser l'enquête.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer