Ebola: confinement en Sierra Leone pour 2,5 millions d'habitants

Une pancarte tente de sensibiliser la population de... (PHOTO FRANCISCO LEONG, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Une pancarte tente de sensibiliser la population de Freetown à l'épidémie d'Ebola.

PHOTO FRANCISCO LEONG, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Agence France-Presse
FREETOWN

La Sierra Leone a annoncé jeudi un confinement de trois jours de quelque 2,5 millions d'habitants de la région de la capitale, Freetown, et du nord du pays pour endiguer l'épidémie d'Ebola.

«Le confinement durera du 27 au 29 mars et sera similaire à celui de septembre», qui avait été imposé dans tout le pays, a déclaré à la presse le chef du Centre national de lutte contre Ebola (NERC), Palo Conteh.

«Le gouvernement et ses partenaires espèrent que les cas qui n'ont pas encore été signalés ou enregistrés seront découverts», a-t-il expliqué.

Comme lors du confinement des six millions d'habitants du 17 au 19 septembre et d'opérations similaires plus localisées depuis, les autorités entendent ainsi effectuer une gigantesque campagne de porte-à-porte.

Des équipes interrogeront les habitants sur la présence de malades et leur rappelleront les dangers des pratiques funéraires rituelles impliquant le toucher du corps, particulièrement contagieux dans le cas de morts d'Ebola.

«Les gens sont devenus négligents et touchent encore les cadavres et les lavent et emmènent les malades chez les guérisseurs traditionnels» au lieu des centres spécialisés contre Ebola, a déploré M. Conteh.

La Sierra Leone compte le plus grand nombre de cas identifiés de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest - environ 12 000, soit pratiquement la moitié des quelque 25 000 recensés - pour respectivement près de 3700 et 10 200 morts, un bilan sous-évalué de l'aveu même de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Cette épidémie, la plus grave depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976, est partie en décembre 2013 du sud de la Guinée avant de se propager au Liberia et à la Sierra Leone voisins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer