Ebola: un contrat accordé à l'entreprise québécoise Medicago

Des enfants passent devant une murale de Monrovia, au... (PHOTO DOMINIQUE FAGET, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Des enfants passent devant une murale de Monrovia, au Liberia, en août.

PHOTO DOMINIQUE FAGET, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Helen Branswell
La Presse Canadienne
TORONTO

Une entreprise de biotechnologie de Québec a obtenu un contrat pour fabriquer un vaccin semblable au ZMapp pour combattre l'Ebola.

L'Administration du développement et de la recherche biomédicale avancée du gouvernement américain a octroyé un contrat à Medicago pour la production d'anticorps monoclonaux contre l'Ebola.

L'entreprise produit des médicaments et des vaccins à partir de parents de la plante du tabac.

Le ZMapp est constitué de trois anticorps de l'Ebola, dont deux ont été produits au laboratoire fédéral de microbiologie à Winnipeg. Ce vaccin a été mis au point par la société californienne Leaf Bio.

Le chef de la direction de Medicago, Andy Sheldon, a indiqué que son entreprise produira le même mariage d'anticorps en utilisant ses propres procédés d'extraction et de croissance.

M. Sheldon a fait valoir que l'entreprise de Québec estimait que ses installations pouvaient produire plus rapidement plus de vaccins du type ZMapp.

Il a indiqué que l'objectif du contrat était de voir si le mélange d'anticorps généré par Medicago serait aussi efficace que celui de ZMapp.

L'agence américaine a aussi accordé un contrat similaire à Fraunhofer, une organisation allemande de recherche et développement sans but lucratif.

De grands espoirs résident sur ZMapp, qui a été administré à plusieurs personnes infectées par le virus Ebola dans le cadre de l'éclosion en Afrique de l'Ouest. La plupart ont survécu et certaines ont montré une guérison remarquable après avoir reçu le traitement.

Mais moins d'une dizaine de doses suffisantes pour un traitement étaient disponibles lorsque le ZMapp a été utilisé pour la première fois l'été dernier sur le médecin américain Kent Brantly, infecté alors qu'il soignait des patients atteints d'Ebola au Liberia.

Fabriquer le mélange d'anticorps n'est pas un procédé simple, et les capacités de la production actuelle sont limitées. L'agence américaine cherche depuis un bon moment des moyens d'augmenter la production de ZMapp.

Des essais cliniques de ZMapp se tiennent actuellement au Liberia.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer