Ebola: Obama appelle le Congrès à débloquer 6 milliards

Barack Obama a visité les locaux des Instituts... (Photo: Reuters)

Agrandir

Barack Obama a visité les locaux des Instituts américains de la santé à Bethesda, dans la banlieue de Washington.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Agence France-Presse
Washington

Le président Barack Obama a appelé mardi le Congrès américain à débloquer un fonds d'urgence de quelque 6 milliards de dollars pour combattre l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest et gérer le risque aux États-Unis.

«Nous ne pourrons vaincre Ebola sans financements complémentaires», a-t-il lancé, lors d'une visite dans les locaux des Instituts américains de la santé (NIH), à Bethesda, dans la proche banlieue de Washington.

«Si nous voulons que d'autres pays continuent à se mobiliser, nous devons continuer à montrer la voie», a-t-il ajouté, rappelant que quelque 3000 Américains, civils et militaires, étaient désormais déployés sur le terrain en Afrique de l'Ouest, principalement au Liberia, pays le plus touché.

Tout en reconnaissant que le sujet avait fait jusqu'ici un large consensus entre républicains et démocrates, il a mis en garde contre la tentation de mêler le financement de la lutte contre Ebola aux âpres discussions budgétaires en cours. Les républicains de la Chambre des représentants n'avaient toujours pas présenté mardi de loi pour financer l'État fédéral au-delà du 11 décembre.

Selon Jennifer Hing, porte-parole de la Commission chargée des lois de finances à la Chambre des représentants, «aucune décision n'a été prise à ce stade». «La loi de finances devrait être débattue la semaine prochaine», a-t-elle indiqué.

«Nous devons éradiquer cette maladie, ce n'est pas un virus que nous pouvons gérer avec quelques cas ici et là», a martelé le président américain. «Nous ne pouvons baisser la garde, ne serait-ce qu'un instant».

M. Obama a souligné que ces financements étaient nécessaires en particulier pour accélérer les tests sur tout vaccin ou traitement prometteur, notamment ceux développés par le NIH.

Un vaccin contre Ebola est actuellement co-développé par le l'Institut des allergies et des maladies infectieuses, qui fait partie du NIH, et le laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK).

Selon les premiers résultats publiés il y a moins d'une semaine dans une revue scientifique, il est bien toléré et a déclenché une bonne réponse immunitaire. Le NIAID envisage de mener ces essais cliniques dits de phase 2 et 3 en Afrique de l'Ouest en 2015.

Selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus a fait 6070 morts, sur un total de 17 145 personnes infectées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer