Ebola: une centaine de soignants du Nigeria attendus en Sierra Leone

Une femme qui pourrait avoir contracté le virus... (Photo Samuel Aranda, Archives The New York Times)

Agrandir

Une femme qui pourrait avoir contracté le virus Ebola gît dans une ruelle de Freetown, en Sierra Leone, l'un des trois pays principalement touchés par l'épidémie.

Photo Samuel Aranda, Archives The New York Times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Agence France-Presse
FREETOWN

Une centaine de renforts médicaux nigérians sont attendus à partir de la fin de semaine en Sierra Leone pour lutter contre l'épidémie d'Ebola, a-t-on appris mercredi de sources officielles.

«Ces équipes médicales sont envoyées à la demande expresse d'assistance du gouvernement de Sierra Leone à l'Union africaine pour lutter contre Ebola», a déclaré aux journalistes l'ambassadrice du Nigeria Gladys Aquist-Adebiyi, se félicitant de cette manifestation de «solidarité entre les Africains».

«Le Nigeria est parvenu à briser la chaîne de transmission en trois mois parce que nous avons remisé les traditions et suivi les consignes du gouvernement et des responsables sanitaires», a-t-elle affirmé, précisant que le déploiement se déroulerait du 29 novembre au 6 décembre.

Des responsables du ministère sierra-léonais de la Santé ont indiqué que ces renforts seraient envoyés dans les provinces de l'ouest et du nord du pays actuellement les plus touchés par l'épidémie, dont plusieurs ont été placées sous quarantaine.

La formation de 150 personnels de santé de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pour lutter contre Ebola dans les trois pays principalement touchés, Liberia, Sierra Leone et Guinée, a débuté cette semaine à Accra, la capitale guinéenne, siège de la Mission des Nations unies (UNMEER).

Dans un discours au début de cette formation de cinq jours, le président de la Commission de l'organisation régionale ouest-africaine, Kadré Desiré Ouedraogo, a assuré que l'éradication d'Ebola était la «plus haute priorité de la Cédéao», selon un communiqué publié mercredi.

Les équipes viennent de sept des 15 États de la Cédéao: Bénin, Côte d'Ivoire, Ghana, Mali, Niger, Nigeria et Sénégal, selon le texte.

En octobre, la présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, avait annoncé que les États membres s'étaient engagés à envoyer plus d'un millier de soignants pour lutter contre Ebola dans les trois pays de l'ouest du continent les plus touchés.

Elle avait cité «la RD Congo (République démocratique du Congo) qui en enverra mille en trois groupes», en commençant par un contingent de 200, sans évoquer de date, rappelant que la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) en avait déjà promis plus de 600, dont 41 médecins.

Le virus a déjà provoqué 5459 décès, sur un nombre total de 15 351 personnes infectées, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé comptabilisé au 18 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer