Ebola: fin de la période de surveillance pour 177 personnes à Dallas

Les deux infirmières qui ont contracté le virus... (Photo Stephen O'Brien, Archives REUTERS)

Agrandir

Les deux infirmières qui ont contracté le virus en traitant un patient atteint du virus Ebola, Nina Pham et Amber Vinson (photo), en sont guéries.

Photo Stephen O'Brien, Archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Nomaan Merchant
Associated Press
DALLAS

Dallas amorce vendredi sa dernière journée de surveillance pour les 177 personnes qui ont été en contact avec les trois patients infectés par le virus Ebola.

Trente-huit jours après que Thomas Eric Duncan eut été diagnostiqué du virus mortel dans un hôpital de la région, les autorités se sont dites soulagées et prêtes à affronter une crise similaire si elle se présentait.

Le juge de la Cour de comté Clay Jenkins a salué le travail des professionnels de la santé et des employés des administrations locales, ajoutant qu'il s'agissait d'une Action de grâces à l'avance pour la ville.

La surveillance des symptômes de la dernière personne qui était entrée en contact avec M. Duncan se terminera à minuit, vendredi.

Environ 50 personnes qui sont revenues au Texas après un voyage dans les pays africains affectés par l'épidémie seront toujours suivies par les autorités médicales.

Thomas Eric Duncan a reçu un diagnostic positif pour l'Ebola le 30 septembre dernier. Il en est mort le 8 octobre suivant à l'hôpital presbytérien du Texas.

Il s'en est suivi une panique généralisée dans la ville quant à la propagation du virus.

Le juge Jenkins a été vivement critiqué pour être allé visiter la fiancée de M. Duncan, Louise Troh, dans l'appartement où il restait aussi, bien que les autorités médicales aient assuré qu'il n'y avait aucun risque.

Certaines personnes ont refusé de serrer la main à des étrangers, d'autres ont choisi de ne pas envoyer leurs enfants à l'école où allaient ceux de Mme Troh.

Les deux infirmières qui ont contracté le virus en traitant M. Duncan, Nina Pham et Amber Vinson, en sont guéries.

Des responsables du gouvernement et l'hôpital ont reconnu avoir commis des erreurs dans leur gestion de la crise. Ils ont notamment laissé M. Duncan quitter l'hôpital lorsqu'il présentait des symptômes de l'Ebola. L'infirmière Amber Vinson, qui a pu prendre l'avion pendant qu'elle était surveillée pour le virus, a aussi avoué qu'elle n'avait pas été préparée à utiliser l'équipement de protection.

Les autorités de l'hôpital où a été traité M. Duncan préparent un rapport sur son cas, qui sera dévoilé l'an prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer