Les autorités sanitaires américaines sur la sellette

Le docteur Thomas Frieden, directeur des Centres américains... (PHOTO JONATHAN ERNST, REUTERS)

Agrandir

Le docteur Thomas Frieden, directeur des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et à ce titre le visage de la réponse américaine contre l'épidémie du virus Ebola, a défendu jeudi, devant des parlementaires très incisifs, les mesures mises en place pour stopper l'épidémie, notamment au sein du personnel soignant, qui est en première ligne.

PHOTO JONATHAN ERNST, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Ivan Couronne
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les responsables de santé publique des États-Unis ont tenté de rassurer les Américains jeudi après une série d'erreurs ayant conduit à la contamination de deux infirmières par le virus Ebola, qui alimentent la peur croissante de contagion dans le pays.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

Le docteur Thomas Frieden, directeur des Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et à ce titre le visage de la réponse américaine à Ebola, a défendu, devant des parlementaires très incisifs, les mesures mises en place pour stopper l'épidémie, notamment au sein du personnel soignant qui est en première ligne.

«Ebola n'est pas nouveau, même s'il est nouveau aux États-Unis. Nous savons comment mettre Ebola sous contrôle», a déclaré Thomas Frieden. «Les CDC travaillent 24 heures sur 24 pour protéger les Américains», a-t-il décrit, en insistant sur le suivi systématique des personnes étant entrées en contact avec des patients atteints.

Mais, signe de la controverse qui enfle et de son tour de plus en plus politique, des élus ont interrompu leur campagne électorale pour revenir, le temps de l'audition parlementaire, à Washington.

«Les gens ont peur», a lancé Fred Upton, président républicain de la commission sur l'Énergie et le Commerce et adversaire traditionnel de l'administration Obama. «Et la réponse à ce jour a été inacceptable».

Les CDC ont renforcé assistance et formations aux hôpitaux et recommandent à ces derniers de réduire «au minimum absolu» le nombre de personnels soignants s'occupant de cas suspects.

Nina Pham, la première infirmière contaminée à Dallas après avoir été au chevet du Libérien Thomas Eric Duncan, décédé le 8 octobre, est dans un état qualifié de «bon». Elle devait être transférée jeudi dans l'un des quatre établissements hospitaliers américains équipés de chambres d'isolement maximum pour les patients les plus contagieux, aux Instituts nationaux de santé à Bethesda près de Washington.

«Je suis reconnaissante de tout ce que mes collègues ont fait pour me soigner» à Dallas, a déclaré la jeune femme dans un communiqué diffusé par l'hôpital, Texas Health Presbyterian.

«Je vais très bien grâce à cette équipe, qui est la meilleure du monde», a ajouté Nina Pham.

L'autre infirmière infectée, Amber Vinson, a été transférée mercredi à l'hôpital universitaire d'Emory à Atlanta.

Pas de formation Ebola

Une polémique a éclaté sur les équipements de protection des soignants, et notamment les protocoles pour les enlever et les détruire, après la contamination des deux infirmières.

Depuis le début de la crise, les incidents se multiplient. La seconde infirmière diagnostiquée, Amber Vinson, a obtenu l'autorisation par téléphone de prendre l'avion lundi de Cleveland à Dallas malgré une légère fièvre de 37,5 degrés Celsius, ce qui a encore élargi le cercle possible de contaminations.

Les consignes étaient alors d'interdire les déplacements des soignants si leur fièvre dépassait 38 degrés, mais selon une source ayant connaissance du dossier, l'infirmière pourrait avoir été plus malade qu'elle ne le laissait entendre.

Des établissements scolaires du Texas (sud) et de l'Ohio (nord), qui accueillent des élèves ayant voyagé avec elle, étaient fermés jeudi pour être nettoyés.

Les CDC envisagent aussi d'abaisser le seuil à partir duquel les soignants seraient interdits de voyager, a appris l'AFP.

Daniel Varga, le chef clinique de Texas Health, qui inclut l'hôpital de Dallas, a reconnu durant l'audition parlementaire de jeudi qu'aucun personnel d'urgences n'avait reçu de formation spécifique à Ebola quand Thomas Eric Duncan s'y est présenté fin septembre.

De plus en plus de responsables du Congrès réclament la fermeture immédiate des frontières pour les personnes en provenance des trois pays foyer de l'épidémie (Guinée, Liberia, Sierra Leone), en suspendant la délivrance de visas à leurs ressortissants ou en interdisant aux non-Américains ayant voyagé là-bas de se rendre aux États-Unis.

Mais l'administration Obama estime que cette mesure produirait les effets inverses, car des voyageurs déterminés peuvent toujours se rendre par la route dans l'aéroport d'un pays voisin, ou simplement dissimuler leur pays de provenance dans les formulaires de déclaration.

Actuellement, «nous sommes capables de trier à l'arrivée et de déterminer le niveau de risque» des passagers à partir des informations recueillies dans les cinq aéroports américains qui ont mis en place des questionnaires détaillés, a expliqué Thomas Frieden. Avec une interdiction de voyage, «nous perdrions ces informations».

Fermeture d'écoles dans l'Ohio et le Texas

Des écoles américaines dans l'Ohio et le Texas ont été fermées jeudi par crainte que des élèves ou des enseignants aient eu des contacts avec la deuxième infirmière contaminée qui a pris l'avion entre ces deux États.

Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont contacté les 132 personnes qui étaient à bord du vol 1143 de Frontier Airlines que la soignante Amber Vinson a pris le 13 octobre entre Cleveland et Dallas. Mais il y a un très faible risque de contamination assurent les CDC.

Les CDC ont reconnu avoir autorisé la soignante à prendre l'avion malgré le fait qu'elle avait un peu de fièvre. (37,5 degrés Celsius).

L'infirmière «n'a pas vomi. Elle ne saignait pas» mais «elle n'aurait pas dû prendre l'avion», avait indiqué le directeur des CDC Thomas Frieden mercredi.

Trois campus de l'établissement scolaire Belton au centre du Texas ont été fermés parce que deux élèves avaient voyagé dans le même avion que l'infirmière, a indiqué sa directrice Susan Kincannon.

Le collège North Belton Middle School et l'école élémentaire Sparta Elementary - fréquentés par les deux élèves - ont été fermés, ainsi que l'école maternelle Belton Early Childhood School.

«Je suis contrariée de n'avoir appris que (mercredi) soir tard que les CDC évaluaient les risques sanitaires», affirme-t-elle.

L'établissement Solon, dans l'Ohio, a fermé son collège (Solon Middle School) et son école élémentaire (Parkside Elementary), car un employé pourrait avoir volé dans le même appareil mais sur un vol différent que la soignante.

Tous les bâtiments vont être nettoyés, ont précisé leurs responsables.

Le virus Ebola se transmet par contact rapproché avec les fluides de la personne malade, mais son taux de mortalité peut atteindre 70%. En Afrique de l'Ouest il a tué près de 4500 personnes depuis le début de l'année.

Mme Vinson est la deuxième infirmière contaminée sur le sol américain après avoir soigné un patient libérien contaminé par Ebola en Afrique et qui est décédé le 8 octobre.

Le diagnostic d'Ebola sur cette soignante a été annoncé mercredi, deux jours après qu'elle eut pris l'avion. Ebola a aussi été diagnostiqué dimanche sur une autre infirmière.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer