L'Ukraine détaille un versement secret présumé perçu par l'ex-directeur de campagne de Trump

Paul Manafort... (Photo Agence France-Presse)

Agrandir

Paul Manafort

Photo Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Consultez notre dossier sur la crise ukrainienne. »

Agence France-Presse
Kiev

Un député ukrainien a accusé mardi l'ex-directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, d'avoir perçu un versement de 750 000 dollars via une société offshore de la part de l'ancien président ukrainien prorusse Viktor Ianoukovitch.

«Il s'agit d'un paiement datant du 14 octobre 2009 d'un montant de 750 000 dollars», a indiqué aux journalistes le député Serguiï Lechtchenko, qui présentait à Kiev les avancées dans l'enquête sur les liens entre M. Manafort et l'ex-dirigeant, diligentée par les autorités ukrainiennes.

Selon le député, cette somme a été transférée sur le compte de Paul Manafort dans l'État de Virginie (Est des États-Unis) via le compte au Kirghizstan d'une société offshore située au Bélize, Neocom Systems Limited. Elle correspond officiellement au paiement par cette compagnie de la livraison de 501 ordinateurs par M. Manafort.

«Ce contrat n'a été conclu que pour créer une base légale pour que M. Manafort puisse toucher cet argent» de la part du parti de Viktor Ianoukovitch, a accusé M. Lechtchenko, ajoutant que la signature de l'ex-directeur de campagne de Donald Trump figure sur le document.

M. Manafort a nié ces accusations dans des commentaires cités mardi par le New York Times, affirmant que les documents présentés par Serguiï Lechtchenko étaient des faux destinés à exercer un chantage sur lui, ce que ce dernier dément.

Les autorités ukrainiennes avaient déjà rendu publics en août des documents détaillant des paiements présumés d'un montant total de 12,7 millions de dollars à Paul Manafort entre 2007 et 2012, sans que l'on sache avec certitude s'il a touché cet argent.

M. Manafort était alors conseiller en relations publiques de l'ex-président Viktor Ianoukovitch et de son Parti des régions, chassés du pouvoir par le soulèvement pro-européen du Maïdan en février 2014.

Ces accusations interviennent alors que l'administration Trump tente de prendre ses distances avec Paul Manafort, qui avait commencé à travailler pour le candidat républicain en mars et a démissionné au mois d'août.

M. Manafort fait partie des personnages de la galaxie du président américain dont la nature exacte des liens avec le pouvoir russe fait l'objet de nombreuses spéculations.

Le directeur du FBI James Comey a confirmé lundi qu'une enquête sur une éventuelle «coordination» entre des membres de l'équipe de campagne de Donald Trump et le gouvernement russe était en cours depuis juillet 2016.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer