Ukraine: 30 000 séropositifs pourraient de se retrouver sans traitement

L'Ukraine souffre de la pire épidémie du sida... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

L'Ukraine souffre de la pire épidémie du sida en Europe, selon l'OMS.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
KIEV

Quelque 30 000 séropositifs risquent de se retrouver sans traitement en Ukraine, l'un des pays les plus touchés par le virus V.I.H. en Europe et ravagé par un an de guerre, a prévenu mercredi une association de personnes infectées.

«Dans trois semaines, il n'y aura plus de médicaments pour 30 000 séropositifs», a indiqué l'ONG Réseau ukrainien des séropositifs dans un communiqué.

Ses militants ont érigé un cimetière symbolique devant le siège du gouvernement en appelant les autorités «à éviter une telle catastrophe», a précisé de son côté Volodymyr Jovtiak, qui dirige l'ONG.

Les militants expliquent ce problème par une loi adoptée l'an dernier permettant aux fournisseurs d'obtenir une avance sur recette et de ne livrer les médicaments que six mois plus tard. Problème: plusieurs fournisseurs ont empoché l'avance mais n'ont jamais livré les médicaments.

Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'Ukraine comptait officiellement début 2014 quelque 234 000 séropositifs de plus de 15 ans, soit 0,8% de la population dans cette fourchette d'âge. Le pays souffre ainsi de la pire épidémie du sida en Europe, selon l'OMS.

Le ministre ukrainien de la Santé Alexandre Kvitachvili a assuré lors du conseil des ministres mercredi qu'il était conscient du problème et qu'il allait travailler avec les organisations humanitaires internationales afin de remédier à la crise. «Nous avons des réserves jusqu'à la fin juin», a-t-il assuré en disant espérer une nouvelle livraison le 19 juin.

Mais pour Pavlo Skala, un responsable de l'Alliance internationale V.I.H./sida, la situation est alarmante. Les patients pourraient voir leur traitement interrompu «pour la première fois en plus de dix ans», a-t-il déclaré à l'AFP.

Les statistiques ukrainiennes faisaient état de 124 000 séropositifs enregistrés au 1er avril. Les médecins ont répertorié 4563 nouveaux cas au cours des quatre premiers mois de l'année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer