L'ex-président ukrainien Ianoukovitch recherché par Interpol

L'ancien président Ianoukovitch est recherché pour des malversations... (PHOTO DARKO VOJINOVIC, ARCHIVES AP)

Agrandir

L'ancien président Ianoukovitch est recherché pour des malversations financières.

PHOTO DARKO VOJINOVIC, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
LYON, France

Interpol a diffusé un avis de recherche international à l'encontre de l'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch, selon une «notice rouge» consultable lundi sur le site internet de l'organisation de coopération policière basée à Lyon, en France.

M. Ianoukovitch est recherché pour des malversations financières, «soustraction, détournement ou conversion de biens par des manoeuvres frauduleuses, commis à grande échelle ou en bande organisée», selon la fiche émise par Interpol.

L'Ukraine avait demandé en mars 2014 à Interpol de diffuser une «notice rouge» contre lui pour «abus de pouvoir et meurtre», à des fins d'extradition.

Viktor Ianoukovitch, 64 ans, président de l'Ukraine de 2010 à février 2014, a fui son pays pour la Russie après le bain de sang de Maïdan, haut lieu de la contestation contre son régime à Kiev. Il est accusé en Ukraine de «massacre de civils» et fait l'objet d'un mandat d'arrêt.

Le président russe Vladimir Poutine a reconnu le 24 octobre dernier que Moscou avait aidé l'ancien président ukrainien à fuir son pays après la chute de son régime.

«Aujourd'hui, plusieurs mois après notre demande formulée en mars 2014, à la suite de nos arguments et explications, Interpol a pris une décision, sur demande du ministère de l'Intérieur, du ministère public et des services de sécurité ukrainiens», a commenté le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsen Avakov, sur sa page Facebook.

Selon lui, Interpol a également diffusé des avis de recherche dans ses 190 pays membres contre Olexandre Ianoukovitch (fils), Mykola Azarov (ex-premier ministre), Raïssa Bogatyreva (ex-vice-premier ministre), Iouri Kolobov (ex-ministre des Finances) et Gueorgui Dzekon (groupe Ukrtelecom).

Les «notices rouges» visant M. Kolobov, 41 ans, et M. Dzekon, 51 ans, concernent des faits similaires à ceux reprochés à Viktor Ianoukovitch. Les autres fiches n'étaient pas encore visibles ou détaillées sur le site d'Interpol vers 16 h.

Selon M. Avakov, la coopération de l'Ukraine avec Interpol continue pour d'autres personnes accusées dans ce pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer