Le ministre canadien de la Défense presse Poutine de sortir de l'Ukraine

Le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson.... (Photo Andrew Vaughan, ARCHIVES La Presse canadienne)

Agrandir

Le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson.

Photo Andrew Vaughan, ARCHIVES La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Sur le même thème

La Presse Canadienne
HALIFAX, N.-E.

Le ministre de la Défense a exhorté la Russie à sortir de l'Ukraine, samedi, qualifiant de «complètement inacceptable» ce qui s'y passe.

Durant une table ronde au Forum sur la sécurité internationale à Halifax, M. Nicholson a dit à des délégués que les Ukrainiens méritaient la liberté pour laquelle ils s'étaient battus.

M. Nicholson croit que le Canada fait tout ce qu'il peut pour s'opposer au conflit, mais que le président russe Vladimir Poutine ne capte pas le message.

«J'espère et tout le monde espère qu'il comprendra le message. Nous ne lâcherons pas sur cela, que cela prenne cinq ou 50 ans. Les Ukrainiens méritent la liberté pour laquelle ils se sont battus», a plaidé le ministre.

Le conflit qui oppose les séparatistes prorusses et l'armée gouvernementale a fait plus de 4000 morts.

La semaine dernière, le premier ministre Stephen Harper a fait les manchettes partout dans le monde après avoir dit à M. Poutine de «sortir de l'Ukraine» durant une retraite privée des chefs, durant le sommet du G20 à Brisbane.

M. Harper a prévenu la communauté internationale que si elle relâchait la pression sur la Russie pour l'annexion de la Crimée l'an dernier, M. Poutine n'en serait que plus agressif dans d'autres activités semblables.

Par ailleurs, samedi, des membres du groupe armé État islamique ont ciblé le mot-clic du Forum pour propager des messages et des vidéos de propagande, a indiqué le président Peter Van Praagh, dans un communiqué.

«Le groupe armé État islamique a utilisé notre mot-clic,  HISF2014, pour faire circuler des vidéos de propagande, présentant un de leurs otages, John Cantlie. Ils ont aussi envoyé des messages aux participants et aux employés du Forum. (...) Nous ne pouvons pas contrôler l'utilisation du mot-clic sur les médias sociaux, mais nous continuerons de le surveiller», a-t-il expliqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer