MH17: peu d'espoir d'accéder au site de l'écrasement dans les prochains jours

Un homme armé prorusse.... (PHOTO SERGEI KARPUKHIN, REUTERS)

Agrandir

Un homme armé prorusse.

PHOTO SERGEI KARPUKHIN, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
Kiev

La police néerlandaise a averti mercredi qu'elle voyait peu de chances d'accéder dans les prochains jours au site de l'écrasement de l'avion malaisien dans l'est de l'Ukraine, à cause des combats qui font rage à proximité.

Le chef de la mission néerlandaise en Ukraine, Pieter-Jaap Aalbersberg, a indiqué en outre que 68 experts et policiers malaisiens étaient attendus jeudi à Kiev pour rejoindre le groupe international dépêché après le drame.

Ils doivent se rendre dans la ville de Kharkiv, dans l'Est, en zone contrôlée par les autorités ukrainiennes.

«Malheureusement, nous ne prévoyons pas d'amélioration suffisante de la situation en terme de sécurité dans les prochains jours», a déclaré M. Aalbersberg à la presse à Kiev.

«Cela veut dire qu'il est peu probable que nous puissions nous rendre sur le site de l'écrasement dans un avenir proche. Il y a trop de combats», a-t-il ajouté, précisant que les experts basés à Donetsk feraient malgré tout des tentatives.

Pour le quatrième jour de suite, les policiers néerlandais et australiens, accompagnés d'observateurs de l'OSCE, ont renoncé mercredi à se rendre sur le site où demeurent les débris du Boeing malaisien et certaines dépouilles, à cause des combats entre forces ukrainiennes et séparatistes prorusses.

L'accident de l'avion le 17 juillet a fait 298 morts, dont 193 ressortissants des Pays-Bas qui dirigent l'enquête sur les causes du drame et l'identification des corps.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer