Moscou menace de suspendre les inspections de son arsenal stratégique

Le Pentagone a annoncé lundi que les États-Unis... (Photo VASILY FEDOSENKO, AFP)

Agrandir

Le Pentagone a annoncé lundi que les États-Unis avaient suspendu tous les liens militaires entre Washington et Moscou en raison de l'intervention russe en Crimée.

Photo VASILY FEDOSENKO, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
Moscou

Les observateurs internationaux de l'OSCE ont été interdits samedi d'entrer dans la péninsule ukrainienne de Crimée, accueillis par des tirs en l'air de partisans de la Russie, au moment où Moscou réfléchissait à la suspension du droit des Occidentaux d'inspecter l'arsenal nucléaire russe.

Et dans l'Est ukrainien, industriel, russophone et agité par des tensions ces derniers jours, des manifestations ont rassemblé des milliers de partisans du rapprochement avec Moscou, notamment à Donetsk et Kharkiv.

À l'opposé, quelques centaines de partisans de la souveraineté de l'Ukraine défilaient - événement rare - à Simféropol, au coeur de la région séparatiste de Crimée qui organise le 16 mars un référendum pour le rattachement à l'immense Russie.

Après deux échecs jeudi et vendredi, les 54 observateurs internationaux dépêchés par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont tenté une troisième fois samedi de pénétrer dans la péninsule de Crimée passée fin février sous le contrôle de forces russes. En vain.

Trois tirs de sommation 

Le convoi de ces observateurs, civils et militaires non armés, a dû rebrousser chemin à l'approche du poste de contrôle d'Armiansk sur un des deux axes routiers permettant d'entrer en Crimée. Des hommes armés en treillis ont pointé leurs armes vers le convoi puis ont tiré en l'air trois fois, selon une source au sein de la mission contactée par téléphone.

Toujours selon cette source, les observateurs n'étaient pas visés, mais une «petite voiture», juste devant le convoi.

«Je pense qu'ils ont été un peu surpris lorsque nous sommes arrivés parce qu'ils ne nous attendaient pas», a néanmoins souligné cette source à l'OSCE.

Cette mission de 54 personnes originaires de 29 pays membres de l'OSCE vise à permettre de réduire les tensions dans cette péninsule de la mer Noire stratégique pour Moscou.

START en question ? 

Sur la scène diplomatique, malgré d'intenses consultations, Occidentaux et Russes n'ont pas réussi à trouver une issue à la pire crise dans leurs relations depuis la chute de l'URSS en 1991.

Les chefs de la diplomatie russe et américain Sergueï Lavrov et John Kerry ont de nouveau parlé au téléphone samedi et ont convenu de «poursuivre leurs contacts intensifs», selon Moscou.

«La poursuite d'une escalade militaire et de provocation en Crimée ou ailleurs en Ukraine, de même que les mesures pour annexer la Crimée par la Russie, fermeraient la porte à la diplomatie», a affirmé M. Kerry au cours de la conversation, en appelant à «la plus grande retenue», selon un responsable du département d'État.

Le président Barack Obama s'est  pour sa part entretenu avec plusieurs dirigeants européens, notamment les premiers ministres britannique David Cameron et italien Matteo Renzi, ainsi que le président François Hollande. Tous ont réaffirmé leur «grave préoccupation devant la violation claire du droit international par la Russie», a indiqué la Maison-Blanche.

Selon la présidence française, Paris et Washington réfléchissent même, «faute de progrès» à des sanctions «qui affecteraient sensiblement les relations entre la communauté internationale et la Russie, ce qui n'est dans l'intérêt de personne», selon l'Élysée.

Cette semaine, Bruxelles et Washington avaient déjà décidé des sanctions diplomatiques et économiques en «représailles», selon Barack Obama, à l'intervention russe en Ukraine.

Alors que chaque protagoniste réfute l'idée d'une nouvelle Guerre froide, le ministère russe de la Défense a indiqué samedi réfléchir à une suspension des inspections étrangères de son arsenal d'armes stratégiques, y compris les missiles nucléaires, en réponse aux «menaces» venant des États-Unis et de l'OTAN.

Ces inspections ont lieu dans le cadre du Traité de réduction des armes stratégiques (START) signé en 2010 par les États-Unis et la Russie, et dans celui du Document de Vienne entre les pays membres de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE).

Signe que les forces russes sont loin d'un retrait de Crimée, une soixantaine de camions militaires russes sont entrés en Ukraine par voie terrestre et maritime, selon les garde-frontières ukrainiens.

Le général Mykola Kovil, un haut responsable des garde-frontières, avait indiqué vendredi que 30 000 soldats se trouvaient en Crimée, soit 5000 de plus que le contingent autorisé par les accords entre Moscou et Kiev.

Drapeaux russes

À Donetsk, une foule de plusieurs milliers de manifestants s'est rassemblée sur la place Lénine, brandissant des drapeaux de la Russie. «Nous voulons un référendum pour rejoindre la Russie parce que nous savons que le niveau de vie est bien plus haut là-bas qu'ici», a déclaré Larissa Koukovina, une retraitée en doudoune et bonnet rose.

Plusieurs centaines de manifestants ont ensuite pris la direction du siège de l'administration régionale. Mais au bout d'une heure et devant les dizaines de policiers protégeant le bâtiment, ils ont fait demi-tour.

À Donetsk les partisans d'un ralliement à Moscou avaient occupé pendant trois jours l'administration régionale avant d'être délogés par la police jeudi.

À Kharkiv, autre centre industriel de l'Ukraine, plus de 4000 manifestants pro-russes ont manifesté.

Femmes de Crimée 

Dans la péninsule de Crimée, où le Parlement local a annoncé un référendum le 16 mars pour le rattachement de la région à la Russie, une manifestation a réuni 300 partisans de l'intégrité de l'Ukraine.

Le chiffre peut paraître faible mais les manifestations anti-séparatistes sont très rares en Crimée. La plupart des manifestants à Simféropol étaient des femmes, sorties «dans la rue avec leurs enfants pour protester contre l'intervention des forces russes en Crimée», selon l'une d'entre elles, Elvina.

Dans la matinée, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a assuré que la Russie était ouverte à un dialogue «honnête, d'égal à égal» avec les puissances étrangères. Pour sa part, Kiev a répété être prêt à «des contacts à tous les niveaux» avec Moscou.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Grigori Karassine a rencontré à Moscou l'ambassadeur d'Ukraine en Russie Volodymyr Eltchenko, a annoncé la diplomatie russe.

Journalistes battus

Signe d'une détérioration du climat en Crimée, les journalistes ukrainiens et étrangers, accusés d'être à la solde des grandes puissances, sont désormais parfois la cible de militants pro-russes. Plusieurs journalistes des chaînes ukrainiennes, Canal 5, Inter et STB ont ainsi été passés à tabac à Sébastopol dans la nuit de vendredi à samedi alors qu'ils couvraient les événements dans une base militaire investie par des forces russes.

Cinq journalistes ont été soignés à l'hôpital de Sébastopol pour des blessures au visage, a constaté l'AFP.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer