Un an après la tragédie, Newtown réclame la paix

Vendredi, des panneaux hostiles, un peu partout dans... (PHOTO EMMANUEL DUNAND, AFP)

Agrandir

Vendredi, des panneaux hostiles, un peu partout dans la ville, relayaient clairement le message: «Pas de médias», «Pas de presse», «Interdit de stationner».

PHOTO EMMANUEL DUNAND, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Tuerie à Newtown

International

Tuerie à Newtown

Le 14 décembre 2012, un jeune homme a tué 20 enfants et six adultes dans l'école primaire de Sandy Hook. Il a aussi assassiné sa mère et s'est enlevé la vie. »

Brigitte Dusseau
Agence France-Presse
New York

Un an après le massacre de ses enfants, la petite ville américaine de Newtown implore qu'on la laisse en paix pour le premier anniversaire de la tragédie, et de nombreux médias ont décidé de respecter ce souhait.

Le 14 décembre 2012, un jeune déséquilibré de 20 ans, Adam Lanza, y avait tué en 10 minutes, à l'arme semi-automatique, 20 enfants et six adultes, à l'école primaire Sandy Hook, une tragédie qui a traumatisé les États-Unis et hante toujours cette petite ville du Connectitut , dans le nord-est des États-Unis.

Le gouverneur de l'État Dannel Malloy a demandé que toutes les cloches des églises sonnent samedi à 9 h 30, l'heure du drame. Certaines familles de Newtown avaient prévu d'allumer vendredi soir un cierge à la mémoire des enfants disparus, et une cérémonie a déjà eu lieu jeudi à la cathédrale nationale de Washington. Le président Obama a également indiqué qu'il se recueillerait samedi à la Maison-Blanche avec son épouse Michelle.

Mais Newtown, petite ville de 28 000 habitants au chagrin toujours à vif, n'a volontairement prévu aucune cérémonie publique. Pas de liste de noms égrenée dans le froid, pas de cornemuses, comme c'est le cas par exemple tous les ans à New York pour les victimes des attentats du 11-Septembre. Pas de discours.

Et la première élue de la ville, Pat Llodra, a demandé à la presse de rester chez elle, afin de permettre aux familles d'être «seules et tranquilles, avec du temps pour réfléchir personnellement et avec leur communauté».

Vendredi, des panneaux hostiles, un peu partout dans la ville, relayaient clairement le message: «Pas de médias», «Pas de presse», «Interdit de stationner».

Newtown, ville tranquille de carte postale avant le drame, a depuis un an été saturée de médias. Et les trois dernières semaines ont été particulièrement douloureuses.

«Douleur personnelle»

Le rapport d'enquête sur la tuerie a été publié le 25 novembre, ravivant la blessure, mais laissant sans réponse la question lancinante du «pourquoi» du drame, qui a coûté la vie à 20 enfants de 6 et 7 ans deux semaines avant Noël. Les motivations de Lanza, qui avait prémédité son acte et s'est suicidé dans l'école, n'ont pas été élucidées.

Et le 4 décembre, les autorités ont été contraintes de diffuser, au nom du droit à l'information, les enregistrements sonores des appels à la police passés depuis l'école, au moment où se déroulait le drame.

«Je demande aux médias de nous traiter gentiment, de reconnaître qu'il y a dans cet événement beaucoup de douleur personnelle, et peu de bien, pour tous, à attendre de la diffusion» de ces appels, avait alors déclaré Mme Llodra, soulignant que sa ville continuait à vivre chaque jour avec la tragédie et avait besoin de temps pour se remettre.

Fait extrêmement inhabituel, la plupart des grands médias américains, notamment les journaux télévisés du soir d'ABC, NBC et CBS, n'avaient pas diffusé les enregistrements.

Et même s'ils couvrent l'anniversaire, ils n'ont pas l'intention de se rendre à Newtown. «Nous n'irons pas samedi», a indiqué par téléphone une porte-parole de la chaîne de télévision CBS. «NBC respecte les souhaits de la ville et notre chaîne n'a pas prévu d'être à Newtown pour l'anniversaire», a également indiqué une porte-parole de NBC News. Les chaînes CNN, ABC, mais aussi le Washington Post, le New York Times, ou le quotidien USA Today ont également fait savoir qu'ils n'iraient pas.

«Nous avons déjà fait plusieurs histoires, de manière sobre et respectueuse, et elles seront publiées en conjonction avec l'anniversaire. Nous n'avons pas l'intention d'être à Newtown le 14», a expliqué dans un courriel Eileen Murphy, responsable de la communication du New York Times.

Très souvent, de tels anniversaires drainent des hordes de médias, comme pour le massacre d'Aurora (Colorado, 12 morts le 20 juillet 2012) ou de Virginia Tech (32 morts le 16 avril 2007).

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer