La passion et l'obsession de Nancy Lanza

Selon la police, Nancy Lanza était encore au... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Selon la police, Nancy Lanza était encore au lit lorsque son fils Adam lui a tiré quatre balles dans la tête à l'aide d'une des cinq armes à feu qu'elle avait acquises légalement.

PHOTO REUTERS

Partager

Dossiers >

Tuerie à Newtown

International

Tuerie à Newtown

Le 14 décembre 2012, un jeune homme a tué 20 enfants et six adultes dans l'école primaire de Sandy Hook. Il a aussi assassiné sa mère et s'est enlevé la vie. »

Sur le même thème

Richard Hétu, collaboration spéciale
La Presse

(New York) Nancy Lanza ne cachait pas sa passion pour les armes à feu et montrait fièrement à ses connaissances le fusil d'assaut Bushmaster .223 ainsi que les pistolets Sig Sauer et Glock qui faisaient partie de sa collection.

Selon plusieurs témoignages, elle s'efforçait de partager cet intérêt avec son fils Adam en l'emmenant régulièrement s'entraîner dans l'un des clubs de tir des environs de Newtown. Il s'agissait pour elle d'une façon de se rapprocher du plus jeune de ses deux enfants, décrit comme intelligent, mais renfermé et perturbé.

«C'était une chose qu'elle pouvait faire avec son fils, qui était incapable de lui montrer de l'affection», a confié au New York Post Russ Hanoman, qui a connu Nancy Lanza pendant sept ans et passé du temps avec Adam.

Cette passion pour les armes à feu s'est retournée contre Nancy Lanza vendredi dernier. Selon la police, elle était encore au lit lorsque son fils Adam lui a tiré quatre balles dans la tête à l'aide d'une des cinq armes à feu qu'elle avait acquises légalement.

Adam Lanza a ensuite pris les clés de la voiture de sa mère et est arrivé à l'école primaire de Sandy Hook avec quatre armes à feu. Il en a laissé une dans le coffre de l'auto et est entré dans l'établissement scolaire avec le fusil d'assaut, les deux pistolets et des centaines de balles.

Une «survivaliste»

Mais la passion de Nancy Lanza pour les armes à feu s'accompagnait peut-être d'une obsession qui a influencé son fils. Selon le témoignage de sa belle-soeur, la mère du tueur de Newtown était une prepper, terme qui désigne ces Américains qui se préparent aux catastrophes de tous genres - économiques, naturelles, terroristes, etc.

«Nancy avait une philosophie de «survivaliste», d'où sa collection d'armes à feu», a déclaré Marsha Lanza à une chaîne de télévision de l'Illinois, où elle vit. «Elle stockait de la nourriture. Nous parlions de sa préparation à un krach économique.»

La police a saisi chez les Lanza deux ordinateurs endommagés, dont le contenu pourrait aider les enquêteurs à comprendre l'état d'esprit de la mère et de son fils avant la journée du 14 décembre 2012.

Une chose est certaine: une catastrophe s'est bel et bien produite à l'école de Sandy Hook, et les armes à feu de Nancy Lanza n'y sont pas étrangères.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer