Des pacifistes tiennent une conférence de presse en direct de Corée du Nord

L'activiste Gloria Steinem... (Photo Andy Wong, AP)

Agrandir

L'activiste Gloria Steinem

Photo Andy Wong, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
SÉOUL

Un groupe de militantes pacifistes internationales ont tenu samedi une conférence de presse depuis la Corée du Nord via une diffusion en flux inédite dans ce pays où l'accès à internet est sévèrement restreint.

La conférence de presse d'un quart d'heure, ayant apparemment reçu le feu vert du pouvoir politique nord-coréen, a été réalisée grâce à Periscope, le nouvel outil de vidéo en direct de Twitter.

S'exprimant depuis une chambre d'hôtel de la capitale Pyongyang, la délégation de 30 femmes menée par la féministe américaine Gloria Steinem a pu répondre en direct aux questions de journalistes hors du pays.

Sur le flux vidéo de mauvaise qualité et sujet à des coupures fréquentes, les accompagnateurs officiels qui suivent les étrangers dans leurs moindres pas en Corée du Nord semblaient notablement absents.

Les événements médiatiques en Corée du Nord - surtout ceux impliquant des journalistes étrangers - sont d'habitude soigneusement écrits à l'avance et chorégraphiés afin qu'ils ne dévient pas de la ligne officielle.

Interrogées pour savoir si leurs accompagnateurs avaient été informés de cette initiative, les militantes ont déclaré les avoir tenus au courant.

«Nous sommes libres de dire ce que nous voulons», a affirmé Mme Steinem.

La Corée du Nord possède un intranet domestique qui autorise un nombre très limité d'utilisateurs à échanger des informations approuvées par l'État, mais guère davantage.

À l'exception des hôtels réservés aux étrangers, l'accès à internet est restreint à une toute petite élite, soit quelques centaines de personnes, peut-être un millier au maximum.

Le groupe de pacifistes doit traverser dimanche la zone démilitarisée séparant la Corée du Nord de son voisin du sud, une initiative destinée à promouvoir la paix et la réconciliation.

Des critiques leur ont reproché de se laisser utiliser comme instrument de propagande et de faire ainsi le jeu d'un régime régulièrement accusé de violations des droits de l'Homme.

«Nous ne sommes pas ignorantes du fait qu'il y a des restrictions ici. C'est parfaitement clair», a déclaré Mme Steinem.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer