Trêve de 72 heures acceptée par Israël et le Hamas

Israël et le Hamas ont accepté la proposition égyptienne d'une trêve de 72... (Photo: AFP)

Agrandir

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Offensive israélienne à Gaza

International

Offensive israélienne à Gaza

L'armée israélienne mène l'opération «Bordure protectrice», la plus importante offensive militaire contre la Bande de Gaza depuis la sanglante et controversée mission «Plomb durci» lancée en 2008-2009, qui avait fait plus de 1400 morts. »

Jonah MANDEL, Sakher ABOU EL-OUN
Agence France-Presse
Jérusalem

Israël et le Hamas ont accepté la proposition égyptienne d'une trêve de 72 heures dans la bande de Gaza qui devait débuter mardi à 01h00, saluée par les États-Unis et par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

La Maison-Blanche, tout en se félicitant de cette trêve annoncée au 29e jour du conflit, a souligné qu'il appartenait désormais au mouvement islamiste palestinien de tenir ses engagements.

Le patron de l'ONU a de son côté demandé aux deux camps «d'entamer dès que possible des négociations au Caire pour parvenir à un cessez-le-feu durable».

Lundi, un responsable égyptien a annoncé que «les contacts de l'Egypte avec les différentes parties ont permis d'obtenir une trêve de 72 heures à Gaza à partir de 01h00 et que le reste des délégations se rendent au Caire pour de plus amples négociations».

«Israël respectera le cessez-le-feu à partir de demain matin», a ensuite déclaré à l'AFP un responsable israélien, qui a confirmé qu'une délégation de son pays se rendrait bien dans la capitale égyptienne.

Ce responsable a ajouté qu'Israël avait déjà accepté une proposition égyptienne similaire trois semaines auparavant et que «c'était le Hamas qui l'avait rejetée».

Il a relevé que les deux parties avaient donné vendredi leur accord à une trêve de trois jours, estimant que «le Hamas avait pris des engagements et ne les avait pas honorés». Le responsable israélien faisait allusion à l'attaque que, selon Israël, ce mouvement islamiste armé qui contrôle la bande de Gaza avait déclenchée peu après et dans laquelle trois soldats avaient été tués.

«Nous serons là-bas et observerons très étroitement demain matin si le Hamas respecte ou pas le cessez-le-feu», a-t-il conclu.

«Le Hamas a informé il y a quelques minutes Le Caire de son approbation de la trêve de 72 heures pour demain», a de son côté dit à l'AFP un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri.

Israël et le Hamas ont accepté la... (Photo Siegfried Modola, Reuters) - image 2.0

Agrandir

Photo Siegfried Modola, Reuters

Un autre mouvement islamiste armé, le Jihad islamique, qui doit également prendre part aux pourparlers au Caire a, quant à lui, fait savoir dans un communiqué que «le cessez-le-feu interviendra dans les prochaines heures».

L'Egypte, habituel médiateur des conflits entre Israël et le mouvement palestinien Hamas qui contrôle la bande de Gaza, avait invité la semaine dernière Israéliens et Palestiniens à envoyer des délégations pour des négociations en vue d'une trêve.

«Nous ne partons pas» 

Mais seule la délégation palestinienne, composée notamment de responsables du Hamas et de l'Autorité palestinienne que dirige Mahmoud Abbas s'était rendue au Caire, les Israéliens ayant jusque-là refusé d'y aller.

Peu avant d'accepter la trêve de 72 heures, Israël a annoncé qu'il ne comptait pas encore se retirer.

«Nous ne partons pas, nous restons dans la bande de Gaza, il y a encore beaucoup d'autres missions à terminer», a expliqué à la télévision Moti Almoz, le porte-parole de l'armée, après avoir assuré que «tous les tunnels repérés avaient été détruits».

L'armée israélienne avait repris peu avant ses opérations, après une trêve unilatérale de sept heures et malgré une réprobation internationale de plus en plus ferme.

«La campagne à Gaza se poursuit» et «ne prendra fin que quand les citoyens d'Israël auront recouvré le calme et la sécurité de manière prolongée», a affirmé le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou.

Les explosions ont effectivement repris dans les alentours de la ville de Gaza, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Plus de 1850 Palestiniens sont morts dans l'enclave, selon les services de secours locaux, depuis le début le 8 juillet de cette nouvelle offensive destinée à faire cesser les tirs de roquettes à partir de la bande de Gaza et à détruire les souterrains permettant aux combattants palestiniens de porter le danger sur le sol israélien.

Côté israélien, 64 soldats et trois civils ont été tués.

Avec la pause observée par l'armée israélienne dans son pilonnage, la journée de lundi a été moins meurtrière que les autres. En début de soirée, 23 Palestiniens avaient été tués selon les secours locaux, alors que plusieurs dizaines de personnes meurent chaque jour depuis le début de l'offensive.

Émoi 

Les tensions créées par la guerre ont rejailli simultanément à Jérusalem même, théâtre de son premier attentat mortel en plus de trois ans et de violences dans plusieurs quartiers.

Un jeune Palestinien à bord d'une pelleteuse a percuté et retourné un autobus à la mi-journée. Un juif orthodoxe a trouvé la mort dans cette attaque qualifiée de «terroriste» par la police. L'auteur des faits a été abattu.

La guerre à Gaza commence à susciter un grand émoi au sein de la communauté internationale.

«Israël peut faire davantage pour empêcher des victimes civiles», a ainsi martelé Jennifer Psaki, la porte-parole du département d'État américain. «Mais cela ne change pas le fait qu'Israël reste un partenaire important en termes stratégique et de sécurité. Il a le droit de se défendre», a-t-elle ajouté.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a reconnu le droit «total» d'Israël à se défendre. «Mais ce droit ne justifie pas qu'on tue des enfants et qu'on massacre des civils», a-t-il dit.

«Combien de morts faudra-t-il encore pour que s'arrête ce qu'il faut bien appeler le carnage de Gaza ?», a-t-il encore demandé. Le président français François Hollande a parlé, quant à lui, de «massacres».

M. Fabius a préconisé que la communauté internationale «impose» la solution politique de deux États israélien et palestinien vivant côte à côte.

Devant l'ampleur des souffrances endurées par les 1,8 million de Gazaouis prisonniers de la guerre sur un tout petit territoire, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a joint sa voix à toutes celles ayant réclamé un cessez-le-feu.

De son côté, l'Assemblée générale de l'ONU tiendra mercredi une «réunion informelle» de ses 193 membres, convoquée à la demande du groupe des pays arabes à l'ONU, pour examiner la situation dans la bande de Gaza, a indiqué lundi une porte-parole.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer