Un civil palestinien tué par l'armée israélienne

Selon des témoins, des soldats israéliens ont tiré... (PHOTO YANNIS BEHRAKIS, REUTERS)

Agrandir

Selon des témoins, des soldats israéliens ont tiré de la position militaire de Kissoufim sur un groupe de Palestiniens, des agriculteurs pour la plupart, qui tentaient de se rendre sur leurs terres situées dans la bande frontalière, dont l'armée israélienne interdit l'accès sous peine d'ouverture du feu.

PHOTO YANNIS BEHRAKIS, REUTERS

Partager

Dossiers >

Offensive d'Israël à Gaza

International

Offensive d'Israël à Gaza

L'armée israélienne mène l'opération Pilier de défense, la plus importante offensive militaire à Gaza depuis la sanglante et controversée mission Plomb durci lancée en 2008-2009, qui avait fait plus de 1400 morts. »

Adel Zaanoun
Agence France-Presse
Gaza

Un Palestinien a été tué vendredi par l'armée israélienne dans la bande de Gaza près de la frontière, premier test pour la trêve entre Israël et le Hamas au pouvoir dans l'enclave palestinienne.

Un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a dénoncé «une première violation israélienne de la trêve» entrée en vigueur mercredi à 21 h, heure locale (14 h à Montréal), précisant que l'Égypte, médiateur de l'accord, en serait saisie.

Anouar Abdelhadi Qdeih, 20 ans, a été tué et 19 autres Palestiniens été blessés par les tirs de soldats israéliens sur un groupe d'agriculteurs dans le village de Khouzaa, à l'est de Khan Younès, a précisé à l'AFP un porte-parole des services d'urgences à Gaza, Adham Abou Selmiya.

Selon des témoins, les soldats ont tiré à partir de leur position de Kissoufim sur un groupe de Palestiniens, des agriculteurs pour la plupart, qui tentaient de se rendre sur leurs terres situées près de la bande frontalière, dont l'armée interdit l'accès sous peine d'ouverture du feu.

L'armée a affirmé que «quelque 300 Palestiniens qui tentaient de se rapprocher de la clôture de sécurité se sont livrés à quelques violences et ont endommagé la clôture».

«Les soldats ont procédé à des tirs de sommation, mais les Palestiniens ont continué à se rapprocher et les militaires ont alors tiré en direction des jambes», a dit une porte-parole militaire, ajoutant que l'un des Palestiniens avait réussi à franchir la frontière avant d'être renvoyé de l'autre côté. Selon Tsahal,  le Palestinien tué tentait de hisser un drapeau du Hamas sur la barrière de sécurité séparant Gaza de l'État hébreu.

Le porte-parole du Hamas affirme que «les tirs de l'occupant ont visé directement les agriculteurs qui retournaient sur leurs terres dans la zone frontalière et c'est la première violation israélienne de la trêve».

Le Hamas «suivra cette violation via le médiateur égyptien pour s'assurer qu'elle ne se reproduira pas», a ajouté Sami Abou Zouhri.

Majorité de civils tués

Jeudi, six Palestiniens avaient été blessés dans des incidents de ce type à la frontière, ont indiqué les services d'urgences.

Le député palestinien indépendant Moustapha Barghouthi a dénoncé dans un communiqué «une très grave violation du cessez-le-feu», appelant «les États-Unis et les pays qui ont contribué à le mettre en place à exercer une pression immédiate et efficace sur Israël».

«Si ces actions ne sont pas arrêtées immédiatement, Israël prend un grave risque de faire s'effondrer cette trêve précaire», estimé M. Barghouthi, venu à Gaza de Cisjordanie en signe de solidarité.

En Cisjordanie, l'armée israélienne poursuivait ses arrestations à la suite de manifestations, parfois violentes, de solidarité avec la bande de Gaza. Vendredi, elle a arrêté 28 Palestiniens, dont cinq députés du Hamas, après 55 la veille.

Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a appelé jeudi les groupes armés à respecter la trêve, conclue après huit jours d'hostilités qui ont coûté la vie à 166 Palestiniens, en majorité des civils, dont au moins 43 enfants et 13 femmes, et à six Israéliens, quatre civils et deux soldats.

«J'apprécie le respect par tous les mouvements de la résistance de la trêve, et je demande à tous de le respecter et d'agir conformément à l'accord», a dit M. Haniyeh. «Nous avons la grande responsabilité, en tant que gouvernement, de protéger notre peuple ainsi que cet accord, auquel l'occupant s'est engagé».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer