Nucléaire: les grandes puissances et l'Iran dans la dernière ligne droite

Les États-Unis dirigent une coalition internationale contre l'EI... (Photo Carlos Barria, AP)

Agrandir

Les États-Unis dirigent une coalition internationale contre l'EI en Irak et en Syrie, à laquelle ne participe pas l'Iran, qui soutient de son côté les régimes irakien et syrien contre le groupe djihadiste.

Photo Carlos Barria, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nucléaire iranien

International

Nucléaire iranien

Consultez notre dossier sur le nucléaire iranien »

Siavosh GHAZI
Agence France-Presse
VIENNE

Après des mois d'intenses négociations, les grandes puissances et l'Iran entament samedi un week-end de discussions cruciales sur le programme nucléaire iranien, entament la dernière ligne droite avant un possible accord historique.

Les États-Unis et l'Iran ont rivalisé vendredi de messages conciliants, le secrétaire d'État américain John Kerry saluant «un authentique effort» des parties, tandis que son homologue iranien Mohammad Javad Zarif évoquait des «défis communs», notamment la lutte contre l'extrémisme.

«Nous n'avons jamais été aussi proches d'un accord», même s'il n'est pas «certain», a déclaré M. Zarif à quatre jours de l'échéance théorique pour parvenir à un compromis sur le nucléaire.

Dans un message vidéo posté sur YouTube du balcon du palace viennois abritant les négociations, M. Zarif a ouvert des perspectives de coopération future dans le cas où un accord serait signé.

«Nous sommes prêts à ouvrir de nouveaux horizons pour affronter les défis importants et communs. Aujourd'hui, la menace commune est le développement de l'extrémisme violent et de la barbarie sans limites», a-t-il dit, dans une allusion au groupe djihadiste État islamique (EI).

«Pour affronter ce nouveau défi, de nouvelles approches sont absolument nécessaires», a souligné le chef de la diplomatie iranienne, évoquant «une bataille existentielle».

Les États-Unis dirigent une coalition internationale contre l'EI en Irak et en Syrie, à laquelle ne participe pas l'Iran, qui soutient de son côté les régimes irakien et syrien contre le groupe djihadiste.

Un peu plus tôt, M. Kerry, qui s'est de nouveau entretenu vendredi avec son homologue iranien, a salué un «authentique effort» de toutes les parties pour parvenir à un accord.

«Nous avons des questions difficiles, mais il y a un authentique effort de tous pour être sérieux (...) Les deux parties travaillent très dur, dans la bonne volonté, pour faire des progrès et nous faisons des progrès», a dit M. Kerry.

«Nous continuons à travailler. Ce soir, demain, dimanche. Très certainement, nous voulons, tous deux, essayer de voir si nous pouvons parvenir à une conclusion», a-t-il ajouté.

En vertu d'une nouvelle loi, si le Congrès américain reçoit le texte de l'accord d'ici au 9 juillet, il aura 30 jours pour se prononcer, mais si cette date est dépassée, la période d'examen passera à 60 jours. Ce qui retardera d'autant la mise en application de l'accord et pourra créer des complications supplémentaires.

Les négociations doivent permettre d'aboutir à un accord visant à s'assurer que le programme iranien ne puisse avoir de dimension militaire, en échange d'une levée des sanctions internationales qui frappent l'Iran.

«Nous sommes vraiment en fin de partie», a déclaré à des journalistes un haut responsable gouvernemental américain. «Nous faisons certainement des progrès, il n'y a aucun doute là-dessus», a déclaré ce responsable sous le couvert de l'anonymat, «mais il est également clair qu'il y a toujours des questions importantes qui ne sont pas résolues, c'est pourquoi les gens travaillent jusque très tard dans la nuit».

Les équipes d'experts travaillent jour et nuit à résoudre les problèmes les plus épineux, et la plupart des ministres devraient être de retour à Vienne dimanche.

«Ca ressemble bien à la fin», a confié un diplomate occidental. «Le travail technique avance sur le texte principal et sur les annexes».

«Meilleure compréhension Iran-AIEA»

Parallèlement aux discussions intenses qui se déroulent à Vienne, le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), le Japonais Yukiya Amano, qui a effectué jeudi une visite surprise d'une journée à Téhéran, pour rencontrer notamment le président Hassan Rohani, a parlé d'une «meilleure compréhension» entre l'Iran et son agence.

«Je crois que les deux parties se comprennent mieux (...) mais plus de travail est nécessaire», a déclaré M. Amano, dont l'agence est appelée à jouer un rôle majeur de vérification si un accord est conclu.

M. Amano et ses interlocuteurs iraniens ont notamment parlé de la «Possible dimension militaire» (PMD) du programme nucléaire iranien, source de contentieux entre l'AIEA et Téhéran.

Cette agence soupçonne Téhéran d'avoir procédé à des recherches, au moins jusqu'en 2003, pour se doter de la bombe atomique, et cherche à avoir accès aux scientifiques impliqués, ainsi qu'aux documents et sites qui pourraient avoir abrité ces recherches.

Téhéran a toujours démenti avoir voulu ou vouloir se constituer un arsenal militaire nucléaire, affirmant que les documents sur lesquels se fonde l'AIEA sont des faux.

«Nous sommes prêts à coopérer avec M. Amano pour qu'il soit prouvé que les accusations contre la République islamique d'Iran sont sans fondement (...) Nous sommes prêts à coopérer sur la PMD avec l'Agence et à accélérer cette coopération pour parvenir à une conclusion», a déclaré M. Araghchi.

Par ailleurs, le chef du cabinet du président iranien Hassan Rohani, Mohammad Nahavandian, s'est rendu vendredi en «mission spéciale» à Vienne pour participer aux ultimes journées de négociations sur le nucléaire avec les grandes puissances, selon les médias locaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer