Deepwater Horizon: Halliburton condamnée pour destruction de preuves

Halliburton Energy Services avait construit pour la compagnie... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Halliburton Energy Services avait construit pour la compagnie BP le coffrage en béton du forage de la plateforme Deepwater Horizon, située à 80 km au large de La Nouvelle-Orléans en Louisiane, qui avait explosé le 20 avril 2010.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Marée noire aux États-Unis

Environnement

Marée noire aux États-Unis

Consultez notre dossier sur la pire marée noire de l'histoire des États-Unis qui a souillé les côtes du golfe du Mexique. »

Agence France-Presse
Washington

Le groupe américain de services pétroliers Halliburton a été condamné jeudi à 200 000 $ d'amende pour «destruction de preuve» dans l'enquête portant sur son rôle dans la marée noire d'avril 2010 dans le golfe du Mexique.

Le groupe avait annoncé en juillet son intention de plaider coupable des faits qui lui étaient reprochés. Jeudi, il a été condamné à la peine maximale qu'il encourait, a annoncé le département américain de la Justice (DoJ) - soit 200 000 $ d'amende et trois ans de mise à l'épreuve, a précisé le groupe dans un communiqué distinct.

Le département de la Justice a par ailleurs annoncé avoir lancé des poursuites contre un ancien responsable d'Halliburton, Anthony Badalamenti, pour destruction de preuve.

Par deux fois, en mai et juin 2010, des simulations sur ordinateur relatives à l'accident avaient été réalisées par des spécialistes du groupe avant d'être détruites, avait indiqué le DoJ dans un communiqué en juillet.

Halliburton Energy Services avait construit pour la compagnie BP le coffrage en béton du forage de la plateforme Deepwater Horizon, située à 80 km au large de La Nouvelle-Orléans en Louisiane, qui avait explosé le 20 avril 2010.

L'accident avait fait 11 morts et répandu des centaines de millions de litres de brut dans le golfe du Mexique jusqu'au colmatage du puits quatre mois plus tard seulement. Plus de 1700 km de zones marécageuses et de plages ont été pollués, selon le Conseil américain de défense des ressources naturelles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer