Hillary Clinton écrit une page d'histoire

Hillary Clinton s'est exprimée devant ses partisans réunis... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Hillary Clinton s'est exprimée devant ses partisans réunis à Brooklyn, mardi soir.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Jennie Matthew, Ivan Couronne
Agence France-Presse
New York et Washington

Hillary Clinton a remporté la primaire en Californie, une victoire emblématique qui lui assurait mardi l'investiture démocrate pour la Maison-Blanche, une étape historique pour les femmes et les États-Unis saluée par Barack Obama.

« Grâce à vous, nous avons franchi une étape importante. C'est la première fois dans l'histoire de notre pays qu'une femme est investie par l'un des grands partis », a-t-elle déclaré dans une atmosphère électrique à Brooklyn, à New York.

« La victoire de ce soir n'est pas celle d'une personne, elle appartient à une génération de femmes et d'hommes qui se sont battus et se sont sacrifiés et ont rendu possible ce moment », a-t-elle ajouté, s'inscrivant dans la longue histoire de l'avancée des droits des femmes et des minorités.

La candidate a largement dépassé la majorité de délégués requise pour l'investiture, après avoir remporté trois nouveaux États (New Jersey, Nouveau-Mexique, Dakota du Sud) lors de ce dernier « super mardi » des primaires. Sans conséquence, elle a concédé le Montana et le Dakota du Nord à son rival, le tenace sénateur du Vermont Bernie Sanders.

Sa victoire en Californie, dont les résultats sont parvenus plus tard dans la nuit de mardi, a consacré son ascendant sur son rival Bernie Sanders et lui permet d'aborder la convention démocrate cet été avec sérénité.

L'ancienne Première dame, sénatrice et chef de la diplomatie américaine a tendu la main à son rival des primaires qui comptait sur la Californie pour peser jusqu'au bout dans la course.

« Je veux féliciter le sénateur Sanders pour son extraordinaire campagne », a-t-elle déclaré, en soulignant qu'il avait « galvanisé des millions d'électeurs, surtout des jeunes ».

Depuis la Californie où il était resté pour cette soirée électorale, Bernie Sanders n'a pas concédé la défaite et annoncé qu'il continuerait sa campagne au moins jusqu'à la 57e et dernière primaire, mardi prochain à Washington, la capitale fédérale.

« La lutte continue ! » a-t-il lancé à ses partisans à Santa Monica. Mais il a souligné qu'il entendait « travailler » avec le président Barack Obama et tout faire pour barrer la route de la Maison-Blanche à Donald Trump, « dont le thème principal est l'intolérance ».

Clinton émue

Barack Obama, formellement neutre dans la bataille des primaires, a appelé les deux candidats dans la soirée, visiblement pressé d'en finir.

Il a « félicité » Hillary Clinton pour avoir « scellé » l'investiture, soulignant qu'elle avait mené une « campagne historique ». Et il a « remercié » Bernie Sanders d'avoir « galvanisé des millions d'Américains » avec son message de lutte contre les « inégalités économiques et l'influence des groupes d'intérêts en politique ». Les deux hommes se rencontreront jeudi à la Maison-Blanche, à la demande du sénateur.

Le triomphe de Hillary Clinton a été orchestré devant des milliers de ses partisans partagés entre le soulagement, l'émotion et la joie.

« Si l'Amérique ne l'élit pas, honte à nous », a dit Ellen Landsberger, qui a sacrifié son pot de départ à la retraite pour assister à l'événement.

Émue, Hillary Clinton l'était visiblement, posant sa main sur le coeur devant la longue ovation que lui ont réservée ses partisans, à l'issue d'une laborieuse campagne de près de 14 mois.

La candidate a consacré une partie de son discours d'une vingtaine de minutes à défier son adversaire républicain de la présidentielle du 8 novembre.

« Quand Donald Trump dit qu'un juge distingué, né dans l'Indiana, ne peut pas faire son travail à cause de ses origines mexicaines, ou qu'il se moque d'un reporter handicapé, ou traite les femmes de truies, cela va à l'encontre de tout ce en quoi nous croyons », a-t-elle lancé.

Trump répond

Donald Trump avait attaqué peu avant la démocrate lors d'un bref discours depuis l'un de ses golfs, à Briarcliff Manor, près de New York, annonçant la campagne de destruction personnelle qu'il entend lancer contre la démocrate.

Il a donné rendez-vous lundi pour un discours anti-Clinton. « Les Clinton sont devenus maîtres dans l'art de l'enrichissement personnel », a-t-il affirmé, évoquant les financements de la Fondation Clinton.

De façon inhabituelle, l'homme d'affaires a lu son discours depuis un télésouffleur, une pratique dont il s'est souvent moqué, mais qui semble indiquer une volonté de remettre de l'ordre dans sa campagne après plusieurs jours de polémiques à l'intérieur du camp républicain.

Ses propos dénonçant la partialité d'un juge fédéral d'origine hispanique lui ont valu des condamnations de responsables républicains. Le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a déploré des propos « racistes ».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer