Donald Trump reconnaîtrait Jérusalem comme capitale d'Israël

Donald Trump s'est exprimé dans la soirée devant... (PHOTO AFP)

Agrandir

Donald Trump s'est exprimé dans la soirée devant le groupe de pression juif américain pro-israélien AIPAC.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
Washington

S'il est élu président des États-Unis, le milliardaire Donald Trump reconnaîtra Jérusalem comme la capitale d'Israël et transfèrera l'ambassade américaine dans la Ville sainte, a assuré lundi le favori pour l'investiture républicaine.

«La réponse est oui, je le ferais (...) Plutôt rapidement», a répondu M. Trump interrogé sur CNN pour savoir s'il reconnaîtrait Jérusalem comme la capitale de l'État hébreu et s'il ferait déménager la chancellerie de Tel-Aviv à Jérusalem, ville divisée et disputée, dont la partie orientale palestinienne a été annexée et occupée par Israël depuis 1967.

À l'instar de la communauté internationale, Washington, allié de l'État d'Israël, considère que Tel-Aviv est la capitale israélienne et refuse d'accorder ce statut diplomatique et politique à Jérusalem, l'un des dossiers les plus explosifs des relations internationales depuis près de 70 ans.

«Personne n'est plus pro-Israël que moi. Nous devons protéger Israël», a affirmé M. Trump sur CNN, plaidant, comme toutes les administrations américaines successives, pour un «accord entre Israéliens et Palestiniens» vers une solution à deux États.

Le magnat de l'immobilier et favori du camp républicain devait s'exprimer dans la soirée devant le groupe de pression juif américain pro-israélien AIPAC, dont la conférence annuelle à Washington voit défiler la plupart des candidats à la présidentielle du 8 novembre.

Les Palestiniens considèrent également Jérusalem comme la capitale de leur futur État et la Ville sainte pour les juifs l'est aussi pour les musulmans et pour les chrétiens. Tout accord entre Israël et les Palestiniens devra régler la question de la souveraineté de Jérusalem.

Plus récent point de crispation entre Israël et les Palestiniens, les tensions ces derniers mois sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem pour laquelle la Jordanie, gardienne des lieux saints, a annoncé dimanche l'installation de 55 caméras de surveillance. Le secrétaire d'État américain John Kerry avait annoncé cette avancée en octobre dernier.

L'esplanade, qui abrite la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher, est située à Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem annexée et occupée par Israël. Elle est le troisième lieu le plus sacré de l'islam, mais aussi le site le plus saint des juifs, qui la révèrent comme le mont du Temple.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer