Ted Cruz renvoie son porte-parole pour avoir diffamé Marco Rubio

Ted Cruz est un adepte des «sales tours» selon... (PHOTO AFP)

Agrandir

Ted Cruz est un adepte des «sales tours» selon ses adversaires.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine 2016. »

Agence France-Presse
Washington

Le candidat à la Maison-Blanche Ted Cruz a renvoyé lundi son porte-parole national après que ce dernier a partagé une vidéo mettant faussement en doute la foi chrétienne d'un de ses concurrents à l'investiture républicaine, Marco Rubio.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

Le sénateur du Texas, adepte des «sales tours» selon ses adversaires, a pris cette décision à la veille des «caucus» du Nevada, une des multiples étapes des primaires pour départager les cinq candidats qui briguent l'investiture républicaine.

Le porte-parole Rick Tyler avait partagé sur Facebook un article, accompagné d'une vidéo à la bande son peu claire, du journal étudiant The Daily Pennsylvanian rédigé par des élèves de l'Université de Pennsylvanie.

L'article rapportait un échange entre le candidat Marco Rubio et un membre de l'équipe de Ted Cruz dans lequel le sénateur de Floride affirmait, parlant de la Bible, qu'il «n'y a pas beaucoup de réponses dedans».

Rick Tyler a ensuite retiré sa publication, la qualifiant «d'inexacte» et présentant ses excuses à M. Rubio, mais son patron ultra-conservateur a estimé qu'il s'agissait d'«une grave erreur de jugement» et renvoyé le porte-parole.

«Il s'est avéré que les informations qu'il a envoyées étaient fausses. Mais laissez-moi vous dire que même si elles avaient été vraies, notre équipe de campagne n'est pas du genre à remettre en question la foi d'un autre candidat», a expliqué Ted Cruz lors d'un rassemblement de campagne.

«C'est probablement la tactique la plus offensive» qu'ait utilisé la campagne Cruz à son encontre, a réagi Marco Rubio. Très croyant, le candidat de 44 ans a assuré à l'inverse avoir expliqué à son interlocuteur que «les réponses à toutes les questions que vous pouvez avoir sont dans ce livre».

Le milliardaire Donald Trump s'est immiscé dans la controverse, suggérant dans des tweets que Ted Cruz était «cinglé» et méritait d'être «disqualifié».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer