Hillary Clinton et Bernie Sanders se disputent l'électorat noir

Le représentant démocrate de New York et président... (PHOTO NIHOLAS KAMM, AFP)

Agrandir

Le représentant démocrate de New York et président du CBC PAC (Congressional Black Caucus Political Action Commitee) - groupe d'action politique d'élus noirs démocrates du Congrès, Gregory Meeks, annonce que son organisation appuie la candidature d'Hillary Clinton à la Maison-Blanche, à Washington, le 11 février.

PHOTO NIHOLAS KAMM, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine 2016. »

Ivan Couronne
Agence France-Presse
WASHINGTON

Hillary Clinton contre Bernie Sanders, sixième round : les deux candidats aux primaires démocrates pour la Maison-Blanche se retrouvent jeudi soir pour un nouveau débat, à charge pour l'ex-secrétaire d'État de reprendre l'initiative après sa défaite mardi dans le New Hampshire.

Le débat commencera à 20 h locales (21 h, heure de Montréal) à l'Université du Wisconsin à Milwaukee et est organisé par la chaîne publique PBS. CNN diffusera également l'émission.

La candidate démocrate a subi une déroute à la primaire du New Hampshire mardi : elle n'a obtenu que 38 % des voix contre 60 % pour Bernie Sanders - ceci après avoir arraché péniblement une première place dans l'Iowa, à 0,3 point de pourcentage près.

Mais l'ex-favorite juge que la suite des primaires lui sera plus favorable en raison de la forte proportion d'électeurs noirs dans les États du Sud qui voteront à partir du 27 février. Elle espère reconstituer à son profit la coalition de minorités qui a porté Barack Obama à la Maison-Blanche.

Dans certains États, l'électorat démocrate est majoritairement noir : 55 % en Caroline du Sud et 51 % dans l'Alabama et en Géorgie lors des primaires de 2008, selon les sondages de sorties d'urnes de l'époque. En Caroline du Nord, c'était un électeur sur trois. Au Texas ou dans le Nevada, les Hispaniques comptaient pour 32 % et 15 % des votants.

Depuis mercredi, Hillary Clinton et Bernie Sanders font la course aux soutiens dans la communauté noire.

Le sénateur du Vermont a rencontré mercredi le célèbre révérend Al Sharpton à New York. Le même jour, l'intellectuel Ta-Nehisi Coates a annoncé qu'il voterait Sanders.

Mais le candidat socialiste démocrate sait qu'il a un retard important à combler. Hillary Clinton récupérait 58 % des intentions de vote des électeurs non blancs en janvier, selon un sondage national CNN. En Caroline du Sud, les trois quarts des Noirs lui sont favorables, selon une enquête NBC/Wall Street Journal datant de fin janvier.

Bernie Sanders compte sur sa victoire éclatante dans le New Hampshire pour le propulser dans les caucus du Nevada (20 février) et la primaire de Caroline du Sud (27 février).

Clinton dans la lignée d'Obama

«Si les élections avaient lieu aujourd'hui dans ces deux États, nous perdrions», a dit le sénateur au Washington Post. «Mais je pense que nous avons une bonne dynamique, nous avons une chance de gagner et si nous ne gagnons pas, nous ferons mieux que ce que les gens attendent de nous».

Faire «mieux» a son importance dans le système des primaires démocrates : les délégués sont en effet attribués à la proportionnelle, alors que chez les républicains, de nombreux États accorderont à partir du 15 mars tous leurs délégués au vainqueur.

Mais les liens entre les Clinton et la communauté noire sont anciens. De très nombreux élus noirs se sont déjà rangés du côté d'Hillary Clinton et jeudi, un groupe d'élus noirs du Congrès lui a officiellement apporté son soutien.

L'ex-secrétaire d'État se présente comme le successeur naturel de Barack Obama, qu'elle mentionne systématiquement dans ses discours, tandis que son équipe distille les piques lancées ces dernières années par Bernie Sanders contre le premier président noir américain.

Elle est très impliquée dans la crise de l'eau empoisonnée au plomb dans la ville de Flint, qui touche démesurément des quartiers noirs défavorisés; elle a même interrompu sa campagne dans le New Hampshire dimanche dernier pour s'y rendre.

Hillary Clinton fera aussi campagne dans les prochaines semaines avec les mères de trois hommes noirs tués tragiquement : Gwen Carr, mère d'Eric Garner, mort asphyxié lors de son arrestation dans la rue à New York; Maria Hamilton, mère de Dontre Hamilton, tué par balle par un policier blanc; et Lucy McBath, mère de Jordan Davis, abattu par un homme blanc dans une station-service.

Le sujet du racisme institutionnel dans la police et la justice, et plus généralement de la réforme du système pénal, est une priorité dans la communauté noire et pour le mouvement «Black Lives Matter».

Maria Hamilton, dont le fils a été tué par un policier en 2014 à Milwaukee, sera une invitée d'Hillary Clinton au débat de jeudi soir.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer