Syrie: nouvel assaut du régime contre la dernière ville tenue par l'EI

En 2014, à l'issue d'une percée fulgurante, les... (REUTERS)

Agrandir

En 2014, à l'issue d'une percée fulgurante, les djihadistes s'étaient emparés de près de la moitié de la Syrie et près d'un tiers du territoire irakien, et avaient proclamé un «califat» à cheval entre ces deux pays.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
Beyrouth

Les forces du régime syrien sont entrées jeudi dans Boukamal, dernier fief urbain du groupe État islamique (EI) en Syrie, quelques jours après la reconquête par les djihadistes de cette ville stratégique frontalière de l'Irak, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'armée syrienne a annoncé il y a une semaine avoir conquis Boukamal. Mais les djihadistes avaient réussi quelques jours plus tard à reprendre le contrôle de cette ville de l'est syrien.

Appuyées par l'aviation russe, les forces du régime ont pénétré jeudi une nouvelle fois dans la ville, lançant leur offensive depuis l'ouest, l'est et le sud de Boukamal, a rapporté l'Observatoire.

«Les combats se déroulent à l'intérieur de la ville, il y a des tirs d'artillerie et des frappes de l'aviation russe», a précisé à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Le premier assaut contre Boukamal avait été lancé par des forces alliées au régime -milices irakiennes chiites, combattants du Hezbollah libanais, et Gardiens de la révolution iraniens.

«Cette fois-ci, l'opération militaire est directement menée par les forces du régime», a souligné M. Abdel Rahmane, précisant que les troupes avaient conquis les banlieues ouest, est, et sud.

Située dans la province de Deir Ezzor, Boukamal est la dernière ville encore sous contrôle de l'EI, qui contrôle toujours 25% de la province riche en pétrole, selon l'OSDH.

Dans cette région frontalière de l'Irak, deux offensives distinctes sont menées pour reprendre aux djihadistes les territoires sous leur contrôle.

D'un côté, les forces du régime, de l'autre, les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenus par Washington.

En 2014, à l'issue d'une percée fulgurante, les djihadistes s'étaient emparés de près de la moitié de la Syrie et près d'un tiers du territoire irakien, et avaient proclamé un «califat» à cheval entre ces deux pays.

Trois ans plus tard, l'EI a perdu quasiment tous les territoires dont il avait pris le contrôle.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer