La coalition anti-EI aura «beaucoup à faire» en Syrie

« Daech ne sera pas vaincu avec la libération... (PHOTO DELIL SOULEIMAN, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

« Daech ne sera pas vaincu avec la libération de Raqqa », a affirmé aux journalistes le général Rupert Jones lors d'un déplacement à Aïn Issa, ville de la province de Raqqa, le 23 juillet.

PHOTO DELIL SOULEIMAN, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
AIN ISSA

La coalition antidjihadiste dirigée par Washington aura « beaucoup à faire » en Syrie même lorsqu'elle aura chassé le groupe État islamique (EI) de Raqqa, son principal fief dans le pays en guerre, a affirmé dimanche son commandant en second.

« Daech ne sera pas vaincu avec la libération de Raqqa », a affirmé aux journalistes le général Rupert Jones lors d'un déplacement à Aïn Issa, ville de la province de Raqqa, en utilisant l'acronyme en arabe de l'EI.

« En tant que coalition internationale, nous savons qu'il y aura beaucoup plus à faire, ici en Syrie », a-t-il poursuivi.

« Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont prouvé qu'elles étaient un partenaire fiable dans la lutte contre Daech et nous continuerons à collaborer avec les FDS pour finaliser la défaite de Daech », a encore ajouté le général.

Les FDS sont une alliance syrienne arabo-kurde soutenue par la coalition qui a chassé l'EI de plusieurs de ses bastions depuis leur création fin 2015.

Entrées le 6 juin dernier dans la ville de Raqqa, elles ont capturé quelques quartiers mais le front fait du surplace depuis une semaine en raison de la résistance des djihadistes et de la présence de nombreux civils notamment dans le centre-ville.

Interrogé sur les difficultés de l'offensive, le général Jones s'est contenté de dire que « la bataille de Raqqa n'était pas plus difficile que prévu ».

« Nous ne prévoyons pas actuellement [...] de demander des renforts », a-t-il précisé.

Il a réaffirmé le souci de la coalition de « protéger les civils » pris au piège des combats.

D'après les chiffres de la coalition, 603 civils ont péri dans ses frappes en Irak et en Syrie depuis le début de ses opérations fin 2014.

Mais d'après différentes ONG le bilan est beaucoup plus lourd.

Ainsi l'organisation non-gouvernementale Airwars a recensé 744 civils tués pour le seul mois de juin dans les opérations de la coalition dans les deux pays voisins.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer