L'OTAN va rejoindre la coalition anti-EI sans participer aux combats

Jens Stoltenberg... (Photo Matt Dunham, Associated Press)

Agrandir

Jens Stoltenberg

Photo Matt Dunham, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
Bruxelles

L'OTAN va rejoindre la coalition internationale contre le groupe djihadiste État islamique (EI), a annoncé jeudi son secrétaire général Jens Stoltenberg à quelques heures d'un sommet auquel participera pour la première fois le président américain Donald Trump.

Cette décision, réclamée de longue date par les États-Unis qui dirigent la coalition anti-EI, «enverra un fort message politique d'unité dans la lutte contre le terrorisme», a assuré M. Stoltenberg.

Mais «cela ne signifie pas que l'OTAN s'engagera dans des opérations de combat», a-t-il souligné devant la presse à Bruxelles.

Les 28 chefs d'État et de gouvernement de l'Alliance atlantique se retrouveront jeudi après-midi pour une cérémonie de remise des clés du nouveau siège de l'Alliance, puis un dîner de travail.

Ils adopteront un «plan d'action» comportant un catalogue de mesures pour intensifier leur lutte anti-terroriste, comme les y pousse M. Trump, qui a répété pendant des mois que l'OTAN était «obsolète» parce qu'elle ne s'occupait pas suffisamment, à ses yeux, de cette question.

La décision de l'OTAN survient trois jours après un attentat sanglant à Manchester revendiqué par l'EI.

Chacun des 28 pays de l'Alliance est déjà membre à titre individuel de la coalition qui mène des raids aériens contre l'EI en Irak et en Syrie, et soutient les offensives au sol contre les fiefs djihadistes de Mossoul (Irak) et Raqa (Syrie).

En devenant membre à part entière de la coalition, l'OTAN pourra bénéficier «d'une meilleure plateforme pour se coordonner» avec la coalition, a expliqué M. Stoltenberg.

L'OTAN va augmenter les heures de vol de ses avions-radar Awacs dans le ciel turc, qui surveillent l'activité aérienne en Irak et Syrie voisines, a précisé M. Stoltenberg.

Une nouvelle cellule dédiée au partage d'information sur les réseaux terroristes, notamment sur les combattants djihadistes étrangers, va être mise sur pied au QG de l'Alliance, a précisé le patron de l'OTAN.

Le Monténégro deviendra le 29e membre de l'OTAN le 5 juin

Le Monténégro doit devenir le 29e État membre de l'OTAN le 5 juin prochain lorsque ce petit pays des Balkans déposera les instruments de son accession à l'Alliance atlantique à Washington, ont indiqué jeudi des responsables de l'OTAN.

Le premier ministre monténégrin Dusko Markovic assiste déjà jeudi en tant qu'observateur au sommet de l'OTAN à Bruxelles où se rend pour la première fois le président américain Donald Trump.

«Mais je serai présent (à ses côtés) lorsque les documents pour rejoindre l'Alliance seront déposés à Washington», où est conservé le traité fondateur de l'organisation de coopération militaire fondée en 1949, a précisé jeudi matin le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg.

La cérémonie doit avoir lieu le 5 juin, selon des responsables de l'OTAN à Bruxelles.

Après la ratification officielle de l'adhésion du Monténégro par les Pays-Bas, le seul des 28 pays membres de l'OTAN à ne pas l'avoir encore fait, prévue le 1er juin, M. Stoltenberg pourra, par écrit, inviter ce petit pays à accéder au traité de l'Atlantique Nord.

En 2015, l'annonce de l'adhésion de ce pays de 600 000 habitants majoritairement slaves et orthodoxes avait entraîné des manifestations émaillées de violences, organisées par l'opposition prorusse.

Comme les négociations avec l'Union européenne, cet arrimage à l'Occident a été imposé par l'ancien Premier ministre Milo Djukanovic, maître du Monténégro de 1991 à fin 2016, quand il a passé la main à Dusko Markovic.

Avec le Monténégro, l'Alliance contrôle l'ensemble des côtes adriatiques puisque l'Albanie, la Croatie, la Slovénie et l'Italie font déjà partie de cette puissante organisation de coopération militaire.

Moscou avait jugé en avril que l'adhésion du Monténégro à l'Alliance atlantique «reflète la logique de confrontation sur le continent européen, la mise en place de nouvelles lignes de démarcation».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer