Irak: l'EI utilise une forme rudimentaire de gaz moutarde, dit le Pentagone

Des combats entre les forces irakiennes et l'EI... (Photo Mahmoud Saleh, archives Agence France-Presse)

Agrandir

Des combats entre les forces irakiennes et l'EI ont eu lieu à Qayyarah.

Photo Mahmoud Saleh, archives Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
Washington

Le groupe Etat islamique pourrait utiliser l'agent moutarde, une forme non gazeuse et rudimentaire de la redoutable arme chimique, pour contrer l'offensive des forces irakiennes sur son bastion de Mossoul en Irak, a indiqué lundi le Pentagone.

«Nous pouvons nous attendre à ce qu'au fur et à mesure que l'offensive sur Mossoul progresse, l'EI va encore essayer d'utiliser» des munitions à l'agent moutarde, a indiqué le capitaine de vaisseau Jeff Davis, porte-parole du Pentagone.

Les djihadistes ont déjà utilisé une «vingtaine de fois» ces munitions, qui restent pour l'instant «rudimentaires» et «militairement non significatives», selon le porte-parole.

Selon lui, l'agent moutarde est intégré dans la munition sous la forme d'une «poudre», agglomérée avec un «goudron».

Il «n'a généralement pas une concentration mortelle» et est «plus irritant qu'autre chose», a-t-il indiqué.

Le Pentagone soupçonne notamment que le produit a été utilisé la semaine dernière dans une munition tirée sur les soldats américains sur la base de Qayyarah, dans le nord de l'Irak.

Cette base est en train d'être transformée en plaque tournante logistique pour soutenir l'offensive de Mossoul.

Tous les soldats américains en Irak susceptibles d'être exposés aux munitions chimiques de l'EI ont été entraînés et ont reçu les équipements nécessaires.

«Ils sont entraînés à de très nombreuses reprises avant d'aller dans des endroits comme Qayyarah», a expliqué Jeff Davis.

Les États-Unis ont également fourni aux forces irakiennes plus de 50 000 masques à gaz, a-t-il précisé.

«Nous voulons que les forces de sécurité irakiennes et les peshmergas (combattants kurdes) puissent détecter» l'agent moutarde «et se défendre», a-t-il dit.

Les forces irakiennes, aidées par les conseillers militaires de la coalition anti-djihadistes menée par les États-Unis, préparent actuellement l'offensive contre Mossoul, deuxième ville du pays et dernier grand bastion de l'EI en Irak.

Les responsables américains estiment que les Irakiens seront techniquement prêts à lancer l'attaque au début du mois d'octobre.

Selon le Pentagone, les djihadistes fabriquent eux-mêmes l'agent moutarde, qui ne provient donc pas d'anciens stocks de gaz moutarde de l'armée irakienne ou syrienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer