L'EI a perdu près de la moitié du territoire conquis en Irak

Le groupe État islamique a perdu près de la moitié du territoire qu'il avait... (PHOTO AFP)

Agrandir

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
Washington

Le groupe État islamique a perdu près de la moitié du territoire qu'il avait réussi à conquérir en Irak, mais ses pertes sont moins importantes en Syrie, selon les dernières estimations rendues publiques par le Pentagone.

Selon le porte-parole du Pentagone Peter Cook, le groupe État islamique a perdu «environ 45%» du territoire qu'il avait conquis en Irak.

Et «le chiffre pour la Syrie est compris quelque part entre 16 et 20%», a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse au Pentagone.

En juin 2014, le groupe ultraradical sunnite avait lancé une offensive en Irak qui lui avait permis de s'emparer de vastes pans du territoire irakien à l'ouest et au nord de Bagdad, puis de prendre la capitale de la province d'Al-Anbar, Ramadi, en 2015.

Depuis, l'armée irakienne, les milices et les forces kurdes ont regagné du terrain face à l'EI dans le nord de l'Irak et dans la province d'Al-Anbar, en reprenant notamment Ramadi ainsi que la ville de Hit.

De larges parts d'Al-Anbar restent toutefois aux mains des djihadistes, notamment Fallouja, ainsi que la grande majorité de la province de Ninive, dont sa capitale et deuxième ville d'Irak, Mossoul.

Et l'EI reste capable de mener des attentats meurtriers dans les territoires contrôlés par le gouvernement fédéral, comme à Bagdad où trois attentats revendiqués par le groupe djihadiste ont fait près de 100 morts en une journée la semaine dernière.

En Syrie, le groupe État islamique a dû céder du terrain notamment dans le nord-est du pays, sous la pression des Kurdes syriens et de groupes locaux alliés soutenus par la coalition internationale.

Il a également perdu Palmyre (centre) en mars face aux forces gouvernementales soutenues par la Russie, mais il a réussi la semaine dernière à isoler la ville en coupant ses accès vers l'extérieur.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer