L'EI pourrait fabriquer ses propres armes chimiques

Le directeur général de l'OIAC Ahmet Üzümcü... (PHOTO  FILIPPO MONTEFORTE, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le directeur général de l'OIAC Ahmet Üzümcü

PHOTO FILIPPO MONTEFORTE, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
LA HAYE

Le directeur général de l'OIAC a assuré mardi qu'il y a des signes permettant de penser que l'organisation État islamique (EI) est en état de fabriquer ses propres armes chimiques en Syrie et en Irak, signes qu'il qualifie d'«extrêmement inquiétants».

«Il est possible qu'ils les aient produites eux-mêmes, ce qui est extrêmement inquiétant», a affirmé Ahmet Üzümcü à l'AFP : «cela veut dire qu'ils ont la technologie, le savoir-faire et l'accès aux substances qui pourraient être utilisées pour la production d'armes chimiques».

En février, le directeur de la CIA John Brennan avait déclaré à CBS News que les combattants de l'EI avaient la capacité de fabriquer de petites quantités de chlore et de gaz moutarde.

La coalition internationale contre l'EI a mené des frappes début mars contre des installations du groupe, dégradant «la capacité de l'EU à produire des armes chimiques», selon le porte-parole du Pentagone Peter Cook.

Les équipes d'enquêteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) avaient trouvé des preuves selon lesquelles du gaz moutarde avait été utilisé en août en Irak et en Syrie, notamment à Marea, dans la province d'Alep.

L'OIAC fait état depuis plusieurs mois du recours persistant - sans se prononcer sur les responsables - au gaz sarin, au gaz moutarde ou au chlore dans les combats qui ravagent la Syrie depuis cinq ans et ont fait plus de 260 000 morts.

«Il y a de forts soupçons que les djihadistes aient pu faire usage» des armes chimiques, a néanmoins assuré Ahmet Üzümcü, refusant de mentionner des attaques spécifiques.

Le 9 mars, une attaque chimique sur la ville de Taza, dans le nord de l'Irak, imputée aux djihadistes de l'EI, avait tué trois enfants et blessé 1500 personnes.

Début avril, la Russie et la Chine avaient proposé au Conseil de sécurité une résolution visant à empêcher l'acquisition d'armes chimiques par des groupes extrémistes dans les pays voisins de la Syrie comme l'Irak et la Turquie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer