Le Pentagone nie faire pression sur l'Irak pour chasser l'EI de Mossoul

Les militaires américains ne cherchent pas à faire pression sur l'Irak afin... (PHOTO AZAD LASHKARI, REUTERS)

Agrandir

PHOTO AZAD LASHKARI, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse

Les militaires américains ne cherchent pas à faire pression sur l'Irak afin qu'il lance une offensive pour reprendre au groupe État islamique la ville de Mossoul, où les djihadistes ont détruit plusieurs oeuvres d'art, a indiqué vendredi le Pentagone.

«Nous ne poussons pas, nous n'essayons pas d'inciter fortement» les Irakiens à rapprocher la date de l'offensive sur Mossoul, a déclaré le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby.

Des djihadistes ont réduit en miettes des statues, frises et autres trésors pré-islamiques du musée de Mossoul, selon une vidéo mise en ligne jeudi par le groupe Etat islamique.

«Nous sommes d'accord» avec le ministre de la Défense irakien, Khaled Obeidi, pour dire que «cela ne sert à rien d'essayer d'aller plus vite que ce que les Irakiens ne sont prêts à faire», a-t-il ajouté.

Les propos la semaine dernière d'un haut responsable militaire américain visant une offensive sur Mossoul «en avril-mai» avaient provoqué l'agacement de Bagdad.

«Le timing» de l'offensive «revient aux commandants militaires (irakiens)». «D'où ce responsable américain tient-il cette information? Je ne sais pas», s'était insurgé dimanche M. Obeidi.

L'EI contrôle Mossoul depuis l'offensive fulgurante qu'il a lancée en juin 2014 au nord de Bagdad et c'est depuis cette ville que son chef autoproclamé, Abou Bakr al-Baghdadi, avait proclamé un «califat» sur les territoires conquis en Irak et en Syrie voisine.

La ligne des militaires américains, du Pentagone jusqu'au théâtre d'opération, est «que nous allons travailler avec les Irakiens et faire en sorte qu'ils soient prêts - sur la base de leur calendrier», a déclaré le contre-amiral Kirby.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer