Obama veut pouvoir continuer trois ans de guerre contre l'EI

La tâche de Barack Obama est délicate: il... (Photo Hosam Katan, Reuters)

Agrandir

La tâche de Barack Obama est délicate: il lui faut dégager, dans un Congrès ultra-partisan, un consensus politique afin de démontrer l'unité politique des États-Unis face à la menace de l'EI. Sur la photo, la ville d'Alep, en Syrie.

Photo Hosam Katan, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Six mois après le début des frappes américaines contre le groupe armé État islamique (EI) en Irak, Barack Obama s'apprête à formellement demander au Congrès américain de pouvoir poursuivre les opérations militaires pendant trois ans, selon des sénateurs américains mardi.

Le secrétaire général et le directeur juridique de la Maison-Blanche ont présenté aux sénateurs démocrates, à huis clos, les principes du texte formel d'«autorisation d'usage de la force militaire» contre le groupe EI que l'exécutif doit déposer très prochainement au Congrès, peut-être dès cette semaine.

Le président et commandant en chef américain s'est passé jusqu'à présent de ce document politique, en affirmant qu'il disposait déjà du pouvoir nécessaire pour ordonner la campagne aérienne et déployer des milliers de conseillers militaires en Irak.

Mais afin d'apaiser ceux qui estiment la guerre «illégale», et de solidifier le soutien politique du Congrès, il a accepté de solliciter le vote d'une «autorisation». Il s'agit en fait d'un texte définissant les limites de l'engagement militaire américain, qui devra être débattu, amendé et adopté par le Congrès pour qu'il contraigne le Pentagone.

Parmi les paramètres envisagés par la Maison Blanche figurent, selon plusieurs sénateurs démocrates dont Dianne Feinstein:

  • une durée de trois ans;
  • pas de limitation géographique à l'intervention, afin de prendre en compte les mouvements du groupe EI dans la région;
  • l'envoi de forces spéciales serait possible, et le texte ne prévoirait «pas de combats offensifs durables», selon le démocrate Robert Menendez, une formulation à ce stade ambiguë qui semble laisser la porte ouverte au déploiement ponctuel de soldats dans une fonction autre que de conseil et d'assistance.

«Le défi pour que cette autorisation soit largement approuvée par les deux partis est de trouver le bon équilibre entre un texte trop large qui puisse être utilisé pour un conflit prolongé et sans fin, et une autorisation qui donne au président les moyens de vaincre l'EI», a expliqué Robert Menendez.

Le chef de la minorité démocrate, Harry Reid, a prévenu les journalistes qu'il ne s'agissait que d'une «salve d'ouverture» et que le texte n'était pas encore finalisé.

Selon Bob Corker, président républicain de la commission des Affaires étrangères, la Maison-Blanche pourrait soumettre dès cette semaine sa demande d'autorisation. Des auditions auraient ensuite lieu après les congés parlementaires de la semaine prochaine.

La tâche de Barack Obama est délicate: il lui faut dégager, dans un Congrès ultra-partisan, un consensus politique afin de démontrer l'unité politique des États-Unis face à la menace de l'EI.

Mais dans un retournement des allégeances partisanes, la plupart des républicains souhaitent lier le moins possible les mains du président américain, tandis que de nombreux démocrates traumatisés par la guerre d'Irak poussent pour un texte interdisant l'envoi de troupes de combats et ajoutant des restrictions géographiques ou temporelles.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer