Incertitude sur le sort d'une otage américaine qui aurait été tuée

Kayla Jean Mueller... (PHOTO MATT HINSHAW, ARCHIVES AP/THE DAILY COURIER)

Agrandir

Kayla Jean Mueller

PHOTO MATT HINSHAW, ARCHIVES AP/THE DAILY COURIER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

Le sort d'une otage américaine restait incertain samedi après l'annonce par les djihadistes du groupe État islamique de sa mort dans un raid de la coalition internationale sur leur fief en Syrie visé par de nouvelles frappes.

Washington a assuré ne disposer d'aucune preuve de la mort de l'humanitaire américaine Kayla Jean Mueller enlevée à Alep en août 2013, tandis qu'Amman a exprimé son vif scepticisme. Ses parents ont exprimé l'espoir qu'elle soit toujours en vie, appelant les djihadistes à entrer en contact avec eux.

Selon l'EI, qui s'est emparé de larges pans de territoire en Syrie et en Irak voisin, «l'otage américaine a péri dans un bombardement de l'aviation de la coalition croisée d'une position à l'extérieur de la ville de Raqa (nord) pendant les prières du vendredi».

Dans le titre de son communiqué, le groupe djihadiste affirme qu'elle a été tuée par l'aviation «jordanienne» qui participe aux frappes de la coalition menée par les États-Unis contre les positions du groupe ultraradical sunnite.

L'EI n'a pas diffusé de photos du corps de l'otage âgée de 26 ans, mais seulement des images de bâtiments détruits, où elle se trouvait, d'après les djihadistes.

«Nous sommes très préoccupés par ces informations», a dit la porte-parole du Conseil américain de sécurité nationale, tout en ajoutant ne pas disposer «pour l'instant de signe tangible» de sa mort.

«Vieille ruse»

D'après un militant de Raqa interrogé par l'AFP, l'Américaine a peut-être été transférée «ces derniers jours» «de la prison des femmes à Raqa vers la région de Jameat al-Ittihad, plus à l'est, où l'EI a un camp qui est la cible de raids intenses de la coalition. Mais on ne peut pas confirmer pour le moment qu'elle a été tuée».

À Amman, le ministre des Affaires étrangères Nasser Joudeh a rejeté comme une «vieille ruse de terroristes» les informations sur des otages tués dans des frappes.

La Jordanie a intensifié ses raids contre les positions djihadistes après l'exécution effroyable de l'un de ses pilotes, brûlé vif par l'EI après sa capture fin décembre en Syrie à la suite de la chute de son appareil impliqué dans les frappes.

Pour la troisième journée consécutive, l'armée jordanienne a affirmé samedi que ses avions avaient frappé des positions de l'EI sans dire où.

Le commandement conjoint de la coalition a lui affirmé avoir mené entre vendredi et samedi matin un total de 11 frappes en Syrie, dont certaines près de Raqa, capitale autoproclamée de l'EI dans le pays.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a fait état de frappes sur ce secteur pour la deuxième journée consécutive, après la mort d'«au moins 30 djihadistes» vendredi.

F-16 émiratis en Jordanie 

Après avoir suspendu leur participation aux frappes, les Émirats arabes unis ont annoncé qu'un escadron de F-16 de leur armée de l'air serait stationné en Jordanie pour soutenir ce pays dans les raids.

À l'unisson des Jordaniens qui réclament vengeance, le gouvernement a promis de «pourchasser» et d'«éradiquer» l'EI, annonçant pour la première fois que ses avions avaient aussi frappé les djihadistes en Irak voisin.

Se disant «plein d'espoir que Kayla soit vivante», ses parents Carl et Marsha Mueller ont affirmé dans un communiqué avoir envoyé un «message privé» aux ravisseurs et demandent qu'ils leurs répondent «en privé». «Vous nous avez dit que vous traitiez Kayla en invitée. Sa sécurité et son bien-être sont de votre responsabilité».

Sa famille l'a décrite comme «extrêmement dévouée au peuple syrien», soulignant qu'elle a consacré «sa carrière à aider ceux dans le besoin dans le monde». Elle avait rejoint en décembre 2012 la frontière syro-turque pour aider les déplacés fuyant la guerre en Syrie.

Plus de 11 millions d'habitants, soit la moitié de la population, ont été déplacés par ce conflit qui a fait plus de 210 000 morts depuis mars 2011 selon l'OSDH.

Profitant de la guerre en Syrie et de l'instabilité en Irak, l'EI s'est emparé de vastes territoires sur lesquels il impose ses propres lois et multiplie les exactions -rapts, viols, exécutions, nettoyage ethnique.

Outre l'exécution du pilote jordanien montrée mardi dans une vidéo, il a aussi revendiqué la décapitation de deux otages japonais ces dernières semaines, ainsi que de trois Américains et de deux Britanniques depuis août.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer