Syrie: la défaite de l'EI à Kobané est «cruciale», affirme Kerry

Kerry tenait samedi une conférence de presse avec... (PHOTO WINSLOW TOWNSON, AP)

Agrandir

Kerry tenait samedi une conférence de presse avec ses homologues canadien John Baird et mexicain José Antonio Meade à Boston.

PHOTO WINSLOW TOWNSON, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

La prise de la ville syrienne de Kobané par les forces kurdes, qui ont réussi à en chasser le groupe État islamique (EI) avec l'appui des raids aériens de la coalition, est «cruciale», a assuré le secrétaire d'État américain John Kerry samedi.

Les djihadistes «ont été forcés de reconnaître leur défaite», a encore asséné le chef de la diplomatie américaine lors d'une conférence de presse avec ses homologues mexicain, José Antonio Meade, et canadien, John Baird, à Boston.

L'EI a subi à Kobané son plus important revers depuis son émergence dans la guerre civile syrienne en 2013.

Après plus de quatre mois de combats acharnés, c'est grâce notamment aux frappes aériennes de la coalition que les forces kurdes ont été victorieuses.

«Il reste encore un long chemin à parcourir dans cette campagne, mais Daech (l'acronyme arabe de l'EI) a toujours affirmé que Kobané revêtait un caractère symbolique de première importance et que c'était un objectif stratégique», a encore dit M. Kerry.

«Le fait de les en avoir chassés est donc crucial. Et ne vous y trompez pas, nous aurons recours aux mêmes mécanismes que nous avons utilisés pour arriver jusque là (à Kobané) pour faire échec aux organisations transnationales violentes et criminelles et faire en sorte que l'État de droit profite à tous», a-t-il déclaré.

La coalition, sous l'égide des États-Unis, a procédé «à plus de 700 frappes aériennes» depuis le 8 août, à en croire le Pentagone, qui ont détruit plus de 280 positions de l'EI et 100 bâtiments utilisés par les djihadistes.

«Les forces terrestres kurdes, soutenues par nos forces aériennes, sont parvenues à reprendre la ville de Kobané, ce qui prouve la vacuité des propos de Daech selon lesquels il est invincible», a souligné le général américain James Terry dans un communiqué du ministère de la Défense publié samedi.

«La coalition continuera à s'attaquer à Daech où qu'il soit» a-t-il assuré.

Les raids se poursuivent autour de Kobané en soutien aux forces kurdes.

Les combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG, milice kurde) qui cherchent à chasser l'EI de la région, ont d'ailleurs pris samedi un village, selon l'Observatoire syrien de droits de l'Homme (OSDH).

Les combattants kurdes contrôlent actuellement 17 des centaines de villages, certains abritant quelques maisons seulement, dans la région de Kobané.

Malgré sa défaite, très symbolique, à Kobané, le groupe État islamique, qui a perdu plus d'un millier de ses combattants dans la bataille, occupe encore de très larges portions des territoires syrien et irakien, semant la terreur et multipliant les exactions.

Dans une vidéo diffusée samedi sur Twitter par l'organe médiatique de groupes djihadistes Al-Furqan, il a ainsi affirmé avoir exécuté l'otage japonais Kenji Goto.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer