«Détermination absolue» contre l'EI

Un avion de la coalition menée par les... (PHOTO KAI PFAFENBACH, REUTERS)

Agrandir

Un avion de la coalition menée par les États-Unis survole Kobané, le 15 octobre.

PHOTO KAI PFAFENBACH, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le Pentagone a finalement donné un nom - «Détermination absolue» - à l'opération qu'il mène en Irak et en Syrie contre l'organisation de l'État islamique, après plus de deux mois de frappes aériennes, a annoncé mercredi le porte-parole du plus haut gradé américain.

«Le nom de l'opération est "Détermination absolue" (Inherent Resolve, en anglais)», a déclaré le colonel Ed Thomas, porte-parole du général Martin Dempsey, à des journalistes.

La décision a été prise «il y a quelques jours», a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

Ce nom avait déjà été évoqué dans la presse, mais certains officiers se seraient prononcés contre.

Les États-Unis ont commencé le 8 août à bombarder l'organisation de l'État islamique (EI), d'abord en Irak, puis en Syrie.

Mardi et mercredi, 18 frappes ont encore visé des positions djihadistes autour de la ville kurde de Kobané, au nord de la Syrie.

D'ordinaire, l'armée américaine dote chacune de ses opérations extérieures d'un nom dès ses débuts, ce qui permet de décerner aux soldats impliqués des décorations frappées du nom de l'opération.

Lors du déclenchement de la guerre contre les talibans en Afghanistan en 2001, Washington avait ainsi opté pour «Opération liberté immuable», puis, en mars 2003, l'invasion de l'Irak avait été baptisée «Opération liberté irakienne».

Mais en plus de deux mois de bombardements en Irak, puis en Syrie, aucun nom n'avait encore été retenu, alimentant les spéculations sur la crainte de la Maison-Blanche de donner l'impression d'un nouvel engagement militaire sur la longueur en Irak, après plus de huit ans de présence dans le pays (2003-2011) et près de 4500 soldats américains tués.

La presse américaine a du même coup commencé à inventer des noms sur le mode sarcastique. Certains ont ainsi baptisé l'opération «Hé! Mais c'est mon Humvee!», en référence aux véhicules blindés américains de l'armée irakienne saisis par les djihadistes lors de leur fulgurante avancée en juin.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer