Un imam canadien se dit menacé par l'Etat islamique

Syed Soharwardy, fondateur du Conseil Suprême Islamique du... (Photo Chris Young, Archives La Presse canadienne)

Agrandir

Syed Soharwardy, fondateur du Conseil Suprême Islamique du Canada.

Photo Chris Young, Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'État islamique

International

L'État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
MONTRÉAL

Un imam canadien connu pour ses prêches pacifistes a dit vendredi avoir été menacé de mort par un compatriote engagé aux côtés de l'État islamique (EI), accusant l'organisation jihadiste de recruter activement au Canada.

Syed Soharwardy, fondateur du Conseil Suprême Islamique du Canada, a raconté à la télévision publique CBC avoir été contacté sur Facebook par un musulman originaire d'Ottawa disant combattre actuellement à Mossoul, ville du nord de l'Irak sous contrôle de l'EI.

«Il a condamné ma condamnation de l'EIIL (État islamique d'Irak et du Levant, autre nom de l'EI) et disait: ''tu es un imam déviant et ta version de l'islam n'est pas la bonne''», a relaté M. Soharwardy.

Indiquant être menacé de mort «tous les mois», cet imam établi à Calgary a souligné qu'il avait contacté la police fédérale dès qu'il avait reçu ce message.

Le leader religieux a appelé les autorités canadiennes et occidentales à davantage lutter contre les mouvances jihadistes, rappelant qu'il y a «plus d'une centaine» de Canadiens luttant aux côtés de l'EI en Irak et en Syrie. En février, les services de renseignements avaient reconnu qu'au moins 130 Canadiens y combattaient.

«Trois jeunes de Calgary sont morts en Irak et en Syrie en se battant pour l'EIIL», a-t-il souligné, se disant «convaincu» que le groupe jihadiste, visé par des bombardements américains, «recrute en ce moment même dans ce pays, sous notre nez, dans nos universités, dans nos lieux de cultes, dans nos communautés».

«Le gouvernement a fait très peu pour arrêter cela», a accusé l'imam, appelant à un sursaut collectif: «Ces gens (de l'EI, ndlr) sont en train de laver le cerveau d'autres personnes, ici, dans ce pays!».

Il a décidé de commencer vendredi soir un jeûne de 48 heures afin «d'attirer l'attention sur la nature dangereuse de l'EIIL» ainsi que pour rendre hommage au journaliste américain James Foley, exécuté par ses ravisseurs jihadistes selon une vidéo diffusée mardi sur internet par l'EI.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer