Les Kurdes irakiens pompent du brut d'un champ de pétrole disputé

Les champs de pétrole de Bai Hassan.... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Les champs de pétrole de Bai Hassan.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Chaos en Irak

International

Chaos en Irak

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EIIL ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
Kirkouk

La région autonome du Kurdistan irakien a commencé jeudi à pomper 20 000 barils du brut à titre expérimental d'un champ de pétrole disputé dont elle s'est emparée il y a une semaine dans la province de Kirkouk, a annoncé un responsable pétrolier.

C'est la première fois que les Kurdes pompent du pétrole du champ de Bai Hassan, situé à 55 km au nord-ouest de la ville de Kirkouk qui avait une capacité de 190.000 barils par jour, a indiqué à l'AFP un responsable de la compagnie du pétrole du Nord.

Les Kurdes avaient annoncé le 11 juillet avoir pris le contrôle de deux champs de pétrole disputés dans la région de Kirkouk, provoquant la colère des autorités centrales de Bagdad.

Il s'agit des champs de pétrole des zones de Bai Hassan et de la zone de Makhmour. Selon Erbil, la production des nouveaux champs sous contrôle kurde va servir d'abord à faire face à la pénurie de produits raffinés sur le marché intérieur.

Les Kurdes, qui se sont déjà emparés il y a un mois de la ville disputée de Kirkouk à la faveur de la crise provoquée par l'offensive fulgurante des insurgés sunnites, ont expliqué avoir pris cette initiative en réaction à la volonté du ministère du Pétrole de saboter un oléoduc de la zone.

Leur initiative marque une nouvelle escalade dans les tensions entre Erbil et Bagdad, qui ont contribué au retard pris dans la formation d'un gouvernement.

Les autorités kurdes ont demandé le 10 juillet au premier ministre Nouri al-Maliki de quitter le pouvoir, le qualifiant d'«hystérique» après ses déclarations accusant la province autonome d'être le quartier général des insurgés.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer