Petraeus voulait que Kelley tente d'empêcher une provocation contre l'Islam

Jill Kelley et David Petraeus... (Photos Reuters)

Agrandir

Jill Kelley et David Petraeus

Photos Reuters

Partager

Dossiers >

L'affaire Petraeus

International

L'affaire Petraeus

Directeur de la CIA et héros de guerre américain, David Petraeus a été contraint de démissionner en raison d'une liaison extraconjugale. Un scandale que plusieurs médias américains décrivent déjà comme la version du Pentagone du «Monicagate». »

Sur le même thème

Agence France-Presse
Washington

Les généraux américains David Petraeus et John Allen ont demandé à Jill Kelley de tenter d'empêcher l'animateur d'une émission de radio de «faire frire» une copie du Coran, craignant pour la sécurité de leurs troupes engagées dans les pays islamiques, rapportent les médias américains samedi.

Jill Kelley, l'une des deux femmes au coeur du scandale qui a poussé le chef de la CIA David Petraeus à la démission, a été sollicitée par ce dernier et par le chef de la coalition internationale en Afghanistan John Allen pour tenter d'empêcher Bubba The Love Sponge (Boubba l'éponge à amour), de son vrai nom Todd Alan Clem de mettre sa menace à exécution en Floride, selon la télévision NBC News.

L'épisode, qui ressort de courriels envoyés par Jill Kelley, remonte au mois de mars.

John Allen et David Petraeus y ont vu une menace potentielle pour la sécurité des troupes américaines stationnées dans des pays islamiques.

Ils ont alors demandé tous les deux à Jill Kelley, qui vit en Floride, à Tampa, d'essayer d'intervenir en contactant le maire de la ville, Bob Buckhorn.

«J'ai Petraeus et Allen qui m'envoient chacun un mail pour me demander de régler ça», a écrit Jill Kelley au maire, qui a dévoilé ces mails, selon la chaîne Bubba The Love Sponge (Boubba l'éponge à amour), de son vrai nom Todd Alan Clem, selon la chaîne.

L'islam interdit de dégrader le Coran, et par le passé, les projets d'un pasteur chrétien de Floride de brûler le livre saint des musulmans ont déclenché des manifestations.

Le général à la retraite Petraeus, figure très respectée aux États-Unis, a démissionné le 9 novembre de la tête de la centrale américaine du renseignement après la révélation de sa liaison extraconjugale de plusieurs mois avec sa biographe Paula Broadwell.

John Allen s'est, lui, retrouvé mardi à son tour pris dans le scandale. Il est visé par une enquête du Pentagone pour une correspondance jugée «déplacée» avec Jill Kelley. Il nie tout adultère.

C'est en enquêtant sur des courriels anonymes de menace envoyés par Paula Broadwell à Jill Kelley que le FBI a découvert que cette dernière, également amie du couple Petraeus, entretenait une importante correspondance par voie électronique avec le général Allen.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer