DSK réclame la saisie d'un livre le qualifiant de «mi-homme, mi-cochon»

Dans son livre, où elle n'hésite pas à... (PHOTO KENZO TRIBOUILLARD, AFP)

Agrandir

Dans son livre, où elle n'hésite pas à employer un langage cru, Marcela Iacub qualifie son personnage principal, un DSK qu'elle ne nomme jamais, d'«être double, mi-homme, mi-cochon».

PHOTO KENZO TRIBOUILLARD, AFP

Partager

Dossiers >

L'affaire DSK
L'affaire DSK

Retrouvez toutes les informations concernant l'arrestation du patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, et ses implications sur les scènes politique et économique dans le monde. »

Agence France-Presse
Paris

Dominique Strauss-Kahn va demander mardi à la justice française la saisie d'un livre à paraître racontant sa liaison en 2012 avec l'auteure de l'ouvrage intitulé Belle et bête, ont annoncé lundi à l'AFP les avocats de l'ex-patron du Fonds monétaire international.

La demande de saisie de ce livre, qui doit sortir en France mercredi et dont l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur a fait état la semaine dernière, fera l'objet d'une audience de référé mardi.

DSK a assigné l'essayiste Marcela Iacub et son éditeur Stock pour «atteinte à l'intimité de la vie privée». Il réclame l'insertion d'un encart sur chacun des exemplaires de l'ouvrage et, «à titre subsidiaire», la saisie du livre. En France, une décision de justice de saisie d'un livre reste très rare.

Il demande aussi 100 000 euros (environ 136 000 $) de dommages et intérêts solidairement à Marcela Iacub et à Stock, réclame la même somme au Nouvel Observateur et demande une publication judiciaire couvrant l'intégralité de la Une de l'hebdomadaire, selon les avocats.

Marcela Iacub, juriste, essayiste et chroniqueuse au quotidien Libération, affirme avoir eu une relation avec DSK de janvier à août 2012.

Même si l'ex-ministre français n'est jamais nommément désigné dans le livre, Mme Iacub a confirmé dans un entretien au Nouvel Observateur qu'il s'agit bien de Dominique Strauss-Kahn, tout en reconnaissant que l'ouvrage mélange fiction et réalité.

Dans son livre, où elle n'hésite pas à employer un langage cru, elle qualifie le personnage principal d'«être double, mi-homme, mi-cochon». Le terme de «cochon» n'est toutefois pas, à ses yeux, péjoratif, a-t-elle précisé.

L'ancien patron du Fonds monétaire international a fait part de son «dégoût» face à ce livre, alors que la femme dont il est séparé, la journaliste Anne Sinclair, dénonçait un «récit trompeur».

Un temps favori de l'élection présidentielle de 2012 en France, Dominique Strauss Kahn a dû renoncer à son mandat à la tête du FMI et ses ambitions politiques après avoir été accusé en mai 2011 du viol d'une femme de chambre dans un hôtel à New York. Après l'abandon des poursuites pénales, DSK et la femme de chambre sont parvenus fin 2012 à un accord financier pour mettre fin à l'affaire.

En France, M. Strauss-Kahn, 63 ans, est toujours mis en examen (inculpé) pour proxénétisme aggravé dans une affaire de rencontres libertines, dite l'affaire du Carlton.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer