Kim Jong-Un menace les É.-U. après un commentaire d'Obama

Kim Jong-Un a affirmé qu'il était « (...) hors... (PHOTO REUTERS/KCNA)

Agrandir

Kim Jong-Un a affirmé qu'il était « (...) hors de question de rester les bras croisés avec les chiens enragés qui aboient ouvertement qu'ils vont faire tomber (le régime) (...)».

PHOTO REUTERS/KCNA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

La menace nord-coréenne

International

La menace nord-coréenne

Depuis plusieurs semaines, la Corée du Nord de Kim Jong-un multiplie les menaces à l'endroit de Séoul et Washington. Si pour plusieurs la stratégie belliqueuse de Pyongyang vise en premier lieu à attirer Washington à la table de négociations, pour certains le discours guerrier du jeune dirigeant nord-coréen, qui brandit notamment la menace nucléaire, inquiète. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
SÉOUL

Le leader nord-coréen Kim Jong-Un a affirmé que Pyongyang ne resterait pas les bras croisés face à des «chiens enragés», réagissant apparemment à l'évocation par le président américain Barack Obama d'un possible effondrement de son régime, a indiqué samedi l'agence officielle.

Kim Jong-Un a fait ces déclarations au cours d'une revue d'un exercice naval et aérien conjoint, a indiqué l'agence de presse nord-coréenne KCNA sans préciser la date des exercices.

«Il a solennellement déclaré qu'il est hors de question de rester les bras croisés avec les chiens enragés qui aboient ouvertement qu'ils vont faire tomber (le régime) en introduisant des "changements" au système socialiste, un berceau que notre peuple considère comme plus cher que leur propre vie», a ajouté KCNA.

Le leader a ajouté que la Corée du Nord était prête à «toute guerre y compris une guerre avec des forces conventionnelles et une guerre nucléaire».

Dans un entretien sur YouTube le 22 janvier, le président américain avait évoqué un possible effondrement du régime nord-coréen.

La Corée du Nord est «la nation la plus isolée, la plus sanctionnée et la plus hermétique de la Terre», avait dit M. Obama. Mais au bout du compte, internet finira «par pénétrer ce pays» et on «verra ce genre de régime s'effondrer».

Dimanche dernier, un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a qualifié ces remarques de «foutaises». «Les récentes observations délirantes d'Obama ne sont que les pauvres grognements d'un perdant acculé dans l'affrontement tous azimuts» qui l'oppose à la Corée du Nord, a-t-il dit, cité par KCNA.

La Corée du Nord est coutumière de discours grandiloquents sur les États-Unis et ses dirigeants.

Elle a également tenu des propos racistes à l'encontre du président américain. En décembre, elle avait qualifié Barack Obama de «singe» pour avoir encouragé la diffusion d'un film parodiant le leader nord-coréen Kim Jong-Un.

The Interview, une comédie sur un complot fictif de la CIA en vue d'assassiner le numéro un nord-coréen, a fortement déplu à Pyongyang.

Le studio de cinéma Sony a été victime d'actes de piratage massif. Washington accuse Pyongyang d'être l'instigateur de cette cyberattaque, ce que dément la Corée du Nord.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer