Ferguson: le jeune Noir abattu par un policier était suspecté de vol

Le chef de police de Ferguson, Thomas Jackson, a... (PHOTO JEFF ROBERSON, AP)

Agrandir

Le chef de police de Ferguson, Thomas Jackson, a dévoilé vendredi en conférence de presse le nom du policier qui a abattu le jeune Michael Brown.

PHOTO JEFF ROBERSON, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ferguson

International

Ferguson

La mort de Michael Brown, un jeune Noir de 18 ans abattu par un policier blanc, a plongé cette banlieue de St. Louis au Missouri, dont la population est à forte majorité afro-américaine, dans une crise raciale et sociale sans précédent. »

Joshua Lott, Elodie MAZEIN
Agence France-Presse
FERGUSON et WASHINGTON

Le jeune Noir abattu par un policier à Ferguson, dans le Missouri, dont la mort avait provoqué plusieurs jours d'émeutes, est suspecté de vol, a rapporté vendredi la police, alors que le calme semblait revenir dans la ville à la suite d'un relèvement des forces de l'ordre.

Le jeune Michael Brown âgé de 18 ans aurait tenté de dérober plusieurs paquets de cigarillos dans un magasin, se comportant «agressivement», avant d'être arrêté et abattu, selon un compte-rendu de la police remis à la presse.

La police a également diffusé la vidéo de surveillance d'un magasin où l'on voit un jeune Noir, présenté comme Michael Brown, portant des paquets dans une main. En sortant, il repousse violemment un homme qui semble essayer de l'en empêcher, avant de se retourner pour l'intimider avec sa carrure particulièrement imposante.

La déclaration de vol mentionne une boîte de cigares de marque Swisher Sweets, d'une valeur de 48,99 dollars.

Lors d'une conférence de presse vendredi matin, le chef de la police de Ferguson, Thomas Jackson, a donné le nom du policier qui a tué le jeune homme: Darren Wilson, qui travaille depuis six ans et n'a jamais posé de problèmes de discipline.

Darren Wilson se rendait sur les lieux du vol, et il a été blessé durant une altercation avec Michael Brown, a précisé le chef de la police.

Mais un peu plus tard, lors d'un autre point presse, ce dernier a indiqué que le premier contact entre le policier en cause et Brown n'était pas en rapport avec ce vol, mais parce que le jeune homme et son ami «marchaient au milieu de la rue, bloquant la circulation».

Il a indiqué ne pas savoir si le policier incriminé était même au courant du vol. En revanche, il a affirmé que des preuves du vol avaient été retrouvées sur le jeune homme abattu. Certains ont en effet affirmé que l'homme de la vidéo n'était pas Michael Brown.

La famille s'est dite «scandalisée» par la publication de ces informations destinées, selon elle, à «tenir la victime pour responsable et à détourner l'attention».

La police locale et la police fédérale (FBI) ont lancé une enquête sur ce meurtre, à propos duquel les récits diffèrent.

Selon un témoin, Michael Brown, qui allait rendre visite à sa grand-mère et n'était pas armé, marchait dans la rue quand un agent de police s'en est pris à lui et l'a abattu alors qu'il avait les mains en l'air.

Selon la police, Michael Brown a été tué après avoir agressé un policier et tenté de lui dérober son arme.

Une «nuit remarquable» 

Le calme semblait revenu vendredi dans les rues de Ferguson après la relève de la police locale, accusée de brutalités.

Le chef de la police de la route, le capitaine Ron Johnson, un Noir, chargé de prendre la relève, a symboliquement rejoint les premiers rangs d'une manifestation pacifique jeudi soir, multipliant les accolades et provoquant un changement radical d'atmosphère dans la ville.

«Ce fut une nuit remarquable. (...) Nous n'avons pas lancé de gaz lacrymogène. Il n'y a pas eu de routes bloquées. Nous n'avons pas eu d'arrestations. (...) Nous avons beaucoup mieux communiqué», s'est félicité vendredi lors d'une conférence de presse le capitaine, lui-même habitant de Ferguson, une ville majoritairement noire où la police locale est surtout blanche.

«Je pense que tout le monde a noté hier un clair changement de ton et des activités opérationnelles», a renchéri à la même conférence le gouverneur du Missouri Jay Nixon, qui avait comparé auparavant les rues de la ville à une «zone de guerre».

Le capitaine de police n'a cependant pas voulu commenter les dernières informations de la police de Ferguson, rappelant que la publication du nom du policier était «réclamée par la communauté».

Le gouverneur s'est contenté de réclamer des enquêtes «exactes et claires».

La mort de Michael Brown a ravivé le spectre du racisme en Amérique, comme après la mort de Trayvon Martin, un jeune Noir abattu en 2012 par un vigile de quartier en Floride (sud-est). Le vigile avait été acquitté après avoir plaidé la légitime défense.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer