La principale base militaire de Benghazi aux mains des islamistes

Il s'agit de la plus grande perte pour... (Photo Reuters)

Agrandir

Il s'agit de la plus grande perte pour l'armée libyenne, qui peine à se reconstruire depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les soulèvements populaires dans le monde arabe. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
BENGHAZI

La principale base militaire à Benghazi, dans l'est libyen, est tombée mardi aux mains de groupes islamistes, au moment où les autorités impuissantes font déjà face à des combats meurtriers dans la capitale menacée par un immense incendie.

Face à ce chaos, la France est sur le point d'évacuer ses ressortissants de Libye par voie maritime, après la décision de plusieurs États occidentaux dont les États-Unis, les Pays-Bas, le Canada et la Bulgarie d'évacuer leur personnel diplomatique.

Plusieurs pays ont appelé leurs ressortissants à quitter ce pays, théâtre depuis plus de deux semaines de combats meurtriers entre milices à Tripoli et Benghazi.

En effet, depuis la chute en octobre 2011 du régime de Mouammar Kadhafi après huit mois de rébellion soutenue par les Occidentaux, les autorités libyennes ne parviennent pas à contrôler les dizaines de milices formées d'ex-insurgés qui font la loi en Libye, en l'absence d'une armée et d'une police régulières bien entraînées.

Ainsi, le «Conseil de Choura des révolutionnaires de Benghazi», une alliance de groupes islamistes et jihadistes, a annoncé dans un communiqué mardi avoir pris le contrôle du quartier général des forces spéciales.

Une source militaire a confirmé que «la base principale des forces spéciales est tombée mardi» aux mains de ces groupes dont celui d'Ansar Asharia, classé comme organisation terroriste par Washington.

«Butins» 

Sur sa page Facebook, Ansar Asharia a publié des photos de leurs «butins» de guerre: des dizaines d'armes et de caisses de munitions.

Les combats font rage depuis une semaine à Benghazi, faisant une soixantaine de morts depuis samedi, selon des sources médicales de cette ville.

L'unité des Forces spéciales est une des rares brigades de l'armée régulière en Libye. Elle a annoncé son soutien aux opérations du général dissident Khalifa Haftar, sans toutefois se placer sous son commandement.

Ce général à la retraite mène depuis le 16 mai une opération contre les groupes «terroristes» à Benghazi. Accusé par ses détracteurs de mener un coup d'État, il bénéficie du soutien de plusieurs unités de l'armée régulière, dont les forces de l'armée de l'air.

A Tripoli, un incendie ravageait mercredi pour la quatrième journée consécutive un immense dépôt de stockage d'hydrocarbures à Tripoli, provoqué par des combats entre milices rivales.

Le gouvernement ayant demandé de l'aide à l'étranger, mais des pays comme la France et l'Italie ont exigé au préalable l'arrêt des violences.

Depuis le 13 juillet, des combats opposent des milices rivales dans le sud de la capitale, en particulier autour de l'aéroport fermé depuis le début des heurts qui ont fait au moins une centaine de morts et 400 blessés.

Ce sont des roquettes tirées durant ces combats qui ont touché dimanche un important dépôt de stockage d'hydrocarbures, situé à proximité, y provoquant un énorme incendie.

Le dépôt de stockage en feu contient au total plus de 90 millions de litres de carburant, ainsi qu'une cuve de gaz ménager.

Les autorités ont annoncé que l'incendie était «hors de contrôle» et dit craindre «une catastrophe humaine et environnementale».

Les affrontements autour de l'aéroport ont éclaté après une attaque menée par des combattants islamistes et d'ex-rebelles de la ville de Misrata (200 km à l'est de Tripoli) qui tentent de chasser de l'aéroport leurs anciens compagnons d'armes venus de la ville de Zenten.

Considérés comme le bras armé de la mouvance libérale, les ex-rebelles de Zenten (170 km au sud-ouest de Tripoli) contrôlent l'aéroport de Tripoli et plusieurs autres sites militaires et civils du sud de la capitale.

Nouveau drame de l'immigration 

Toutes les tentatives de médiation du gouvernement pour mettre fin aux combats, ont échoué jusqu'ici. Les espoirs se tournent désormais vers le nouveau Parlement, issu des élections du 25 juin, qui pourrait imposer un arrêt des combats.

Mais des incertitudes planent déjà sur la capacité des élus à se réunir à Benghazi, théâtre d'affrontements quasi-quotidiens.

Profitant de la situation anarchique dans le pays et d'une météo clémente, des centaines de migrants clandestins s'entassent sur des embarcations de fortune pour tenter la traversée vers les côtés européenne au péril de leur vie.

Cette semaine encore, plus de 20 migrants sont morts et des dizaines d'autres disparus dans le naufrage d'une embarcation de fortune qui a coulé au large de la Libye, a indiqué mardi soir à l'AFP le porte-parole de la marine libyenne.

Selon lui, 22 migrants ont été secourus et plus de vingt corps repêchés. Quelque 150 migrants étaient à bord de l'embarcation, selon des rescapés.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer